Pas-de-Calais : 3 ans de prison pour un sapeur-pompier qui allumait des incendies pendant la nuit


Illustration. (Shutterstock / Matt Photography)

Pompier et pyromane. Le procès d’un soldat du feu, confondu pour avoir allumé plusieurs incendies de fermes, s’est tenu ce vendredi, au tribunal correctionnel de Boulogne (Pas-de-Calais).

Un sapeur-pompier volontaire qui exerçait depuis onze ans a été condamné, ce vendredi, à 3 ans de prison dont un an ferme pour avoir allumé six incendies d’exploitations agricoles l’année dernière, rapporte La Voix du Nord. Face aux magistrats, le prévenu, âgé de 27 ans et à la carrure imposante, a expliqué ce qui l’avait poussé à commettre ces méfaits sur les communes de Humbert, Saint-Denœux et Beaurainville.

Fasciné par le métier de pompier dans son enfance, il avait épousé la carrière de soldat du feu, comme son oncle, en s’engageant comme sapeur-pompier volontaire à 17 ans. Sa carrière s’est déroulée sans accroc, jusqu’à ce qu’il rejoigne la caserne de Beaurainville en 2018.

C’est dans cette nouvelle affectation qu’il a nourri une grande frustration : il n’était pas appelé pour les interventions majeures et s’est vite senti mis à l’écart. L’expertise psychiatrique a relevé chez lui une « hypersensibilité fragile »

Cinq fermes incendiées durant la même nuit

L’affaire a débuté un soir du mois de mai 2019, lorsqu’il a allumé un premier incendie dans un hangar agricole. Ce n’est que plusieurs mois après cet événement que les soupçons des enquêteurs se sont portés sur lui.


En septembre 2019, le sapeur-pompier a incendié cinq fermes pendant la même nuit. Le mode opératoire était toujours le même : le soldat du feu repérait un hangar avec des ballots de paille situé en bordure de route, et provoquait le sinistre à l’aide d’un simple briquet.

Poussant le vice encore plus loin, il avait lui-même alerté les secours à deux reprises cette nuit-là, avant d’intervenir pour éteindre le feu. Le sapeur-pompier avait même été convié par un agriculteur à l’aube pour boire un café, ce dernier témoignant de sa reconnaissance aux soldats du feu.

Il avoue tout en garde à vue

Ce n’est que neuf mois plus tard que les gendarmes en charge de l’enquête sur ces incendies volontaires ont identifié le pompier-pyromane. Il a été interpellé et placé en garde à vue au mois de juin dernier et il est passé aux aveux.

Les enregistrements de la vidéosurveillance d’un parking de supermarché le montraient sur place en tenue de pompier, le 19 septembre 2019, sans qu’il ne puisse justifier de sa présence. Les enquêteurs ont également mis en lumière que son téléphone avait borné sur les lieux sinistrés.

Plusieurs centaines de milliers d’euros de préjudice

Me Hervé Krych, l’avocat du prévenu, a évoqué les problèmes financiers de son client ainsi que sa situation familiale difficile. Le jeune homme, quant à lui, a présenté ses excuses devant les victimes. Il a ensuite assuré qu’il avait pris conscience de sa « bêtise », relate le quotidien régional.

En plus de sa condamnation à une peine de prison, le jeune homme a interdiction d’exercer le métier de sapeur-pompier durant cinq ans et il devra indemniser les parties civiles, dont le préjudice s’élève à plusieurs centaines de milliers d’euros.