🇫🇷 Pas-de-Calais : Le corps du gendarme retraité gisait depuis 9 ans aux pompes funèbres.

par Y.C.
Illustration Actu17 ©

Le fils de la victime était parvenu à dissimuler la mort d’Émile Lucas durant un an pour toucher sa pension de retraite.

Mardi, à la faveur d’un inventaire effectué par la nouvelle propriétaire d’une société de pompes funèbres d’Arras, celle-ci a découvert un sac d’ossements suspect.

Une enquête ouverte

Alertés, les policiers se sont rendus sur place. Les ossements ont été trouvés dans une serre à l’arrière des locaux de l’agence. Une enquête a été ouverte et les restes du corps ont été transférés à l’institut médico-légal pour identification. Il s’agirait des ossements d’un gendarme retraité, Émile Lucas, décédé le 27 avril 2008.

Son fils avait détourné sa pension de retraite

En mai 2009, les policiers étaient allés visiter l’octogénaire pour l’entendre, après avoir été alertés par un autre de ses fils. L’homme n’avait plus donné signe de vie depuis plusieurs mois. C’est à cette occasion que les enquêteurs avaient découvert le pot-aux-roses : le cadavre de l’octogénaire gisait dans l’habitation, à l’état de squelette. L’un de ses fils avait volontairement dissimulé la mort de son père et empoché frauduleusement plus de 27 000 euros en un an.

Condamné pour escroquerie

Jugé, le mis en cause avait été condamné à 6 mois de prison pour escroquerie, mais n’avait pas été poursuivi pour « recel de cadavre ».

Une enquête en cours

L’enquête ouverte mardi vise à déterminer pourquoi ces ossements étaient abandonnés à l’arrière de l’agence des pompes funèbres. Le défunt n’a jamais eu droit à une inhumation ni même une cérémonie, rapporte La Voix du Nord.

Actu17.