Pau : Un violeur qui entrait au hasard dans les maisons en pleine nuit a été interpellé puis écroué


Illustration. (NeydtStock / Shutterstock)

L’homme était traqué par la police depuis sa première agression commise à la fin du mois de mai dernier. Trahi par son ADN, un violeur qui frappait au hasard en pleine nuit à Pau a été mis en examen et placé en détention provisoire.

L’angoisse avait gagné les habitants du quartier Saint-Joseph à Pau (Pyrénées-Atlantiques) après un viol et une tentative de viol commis dans des habitations du secteur, en pleine nuit. Un suspect vient d’être mis hors d’état de nuire par les policiers.

L’enquête a débuté dans la nuit du 30 au 31 mai dernier, lorsqu’un inconnu a pénétré dans une maison et a violé son occupante, relate Sud Ouest. La victime dormait au rez-de-chaussée, tandis que sa famille se trouvait à l’étage.

Quelques jours plus tard, même scénario. Dans la nuit du 9 au 10 juin, un intrus a pénétré dans une maison du même quartier. Cette fois, la victime a réussi à le mettre en fuite avant qu’il ne passe à l’acte.

La peur s’empare du quartier

Un traumatisme pour ces deux femmes. L’agresseur avait à chaque fois profité du fait que la porte de l’habitation des victimes n’était pas verrouillée pour s’y introduire. La peur s’est emparée des esprits et a plané dans le quartier durant plusieurs semaines.


Les policiers en étaient même arrivés à distribuer des tracts dans les boîtes aux lettres pour rappeler aux habitants de bien verrouiller leur habitation la nuit et leur demander de signaler tout comportement suspect. L’enquête a connu une accélération, le week-end dernier.

Interpellé pour ivresse sur la voie publique

Un habitant a alerté les forces de l’ordre après avoir surpris un jeune homme alcoolisé qui venait de tenter d’ouvrir la porte de son domicile. Il a été placé en cellule de dégrisement pour ivresse publique et manifeste (IPM). Vu les circonstances de son interpellation, les policiers ont fait le rapprochement avec l’affaire du violeur.

La comparaison ADN effectuée dans la foulée leur a donné raison. L’empreinte génétique du jeune homme était la même que celle relevée chez les victimes. Le suspect, un sud-américain âgé de 25 ans domicilié dans ce quartier de Pau depuis quelques mois, n’était pas connu des services de police.

Placé en garde à vue, il a reconnu les faits lors de ses auditions, sans toutefois donner d’explications aux enquêteurs. Déféré au parquet au terme de cette mesure, il a été mis en examen et placé en détention provisoire dans le cadre d’une information judiciaire ouverte pour « viol et tentative de viol ».