🇫🇷 Perquisitions au siège de LFI : le parquet de Paris ouvre une enquête pour «menaces» et «violences» contre les enquêteurs.

par Y.C.
Capture écran TMC

Le procureur décide d’ouvrir une enquête suite aux perquisitions au siège de La France insoumise et fait mention « d’incidents ».

Le parquet de Paris a annoncé, mercredi 17 octobre, l’ouverture d’une enquête pour « menaces ou actes d’intimidation contre l’autorité judiciaire » et « violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique » au lendemain des « incidents » survenus lors de la perquisition au siège de La France insoumise, à Paris.

Les images diffusées par l’émission Quotidien de TMC, montrent des comportements violents de Jean-Luc Mélenchon, député et président du groupe LFI, notamment envers le procureur qu’il a poussé. Le député s’en est également pris à un policier devant la porte restée fermée durant l’opération de police judiciaire.

« Dans un souci d’impartialité », le parquet de Paris a précisé avoir demandé à ce que l’enquête soit confiée « au procureur du tribunal de grande instance le plus proche », étant donné qu’elle « met en cause en qualité de victimes des magistrats du parquet de Paris ».

Plaintes des policiers

Trois policiers présents lors des perquisitions ont fait part de leur intention de déposer plainte révèle RMC. Plusieurs syndicats de policiers ont par ailleurs dénoncé l’attitude de Jean-Luc Mélenchon.

Le syndicat Alliance Police Nationale a déclaré attendre du nouveau ministre de l’intérieur Christophe Castaner, « qu’il réagisse fermement » et « dépose plainte », « ce que fera également le syndicat Alliance. »

Le syndicat Unité SGP-FO a de son côté réclamé des « excuses publiques » de la part du président de LFI.

Actu17.