🇫🇷 Une pétition pour que les critères de l’Alerte Enlèvement soient élargis recueille déjà 100.000 signatures.

par Y.C.
Illustration Actu17 ©

Valérie Angeli-Chouvier s’est interrogée lors de la disparition de la petite Maëlys, la nuit du 26 au 27 août. La procédure d’Alerte Enlèvement n’a en effet pas été déclenchée à cette occasion.

« Ce matin du 27 août 2017 j’apprenais avec stupeur  comme la France entière,la disparition de la petite Maëlys. Nous sommes des milliers de personnes à nous être demandés pourquoi l’alerte enlèvement n’avait pas été déclenchée. » c’est ainsi que commence le récit de la pétition en ligne « Élargissons les critères déclenchant l’alerte enlèvement », que Valérie, une maman de 50 ans a lancé.

Cette dernière milite pour que les critères des « Alertes Enlèvements » soient modifiées et assouplies. Valérie a été bouleversée par la disparition de la petite Maëlys, toujours introuvable, et admet avoir elle-même participé aux recherches explique-t-elle au quotidien La Dépêche du Midi.

« Peut-être que si l’alerte enlèvement avait été déclenchée plus tôt, le suspect aurait pris peur en entendant les messages d’alerte ou aurait été arrêté par un barrage de gendarmes » selon elle.

Calquer le système sur le modèle américain « Amber Alert »

Aujourd’hui, une « Alerte Enlèvement » ne peut être lancée que si il s’agit d’un enlèvement avéré, si l’intégrité physique de la victime est en danger, si des éléments d’informations permettent de localiser l’enfant ou le ravisseur et si la victime est mineure.

L’auteure de la pétition estime qu’il faut calquer ce système sur le modèle américain (« Amber Alert ») et ainsi élargir les « Alertes Enlèvements » pour les mineurs de moins de 17 ans, sans que les quatre critères soient obligatoirement « validés ».

« Nous demandons que chaque cas de « disparition inquiétante » de mineur puisse bénéficier ou tout du moins être étudié selon les circonstances, âge et heure  car on ne peut décemment pas dire à une famille que son enfant n’entre pas dans les 4 « cases » critères de déclenchement surtout lorsqu’il s’agit d’un(e) mineur(e). »

Déjà plus de 100.000 signatures

La pétition s’adresse à la ministre de la justice Nicole Belloubet afin que le texte de loi puisse être modifié. Une pétition qui a déjà recueilli plus de 100.000 signatures.

L’Alerte Enlèvement a déjà été déclenchée une vingtaine de fois en France, rencontrant à chaque fois un succès dans l’issue des affaires concernées.

Actu17.