🇫🇷 Policier mis en examen à Paris : Ses collègues se mobilisent pour le soutenir et lancent une cagnotte.

par Y.C.
Une collecte en ligne a été ouverte pour le policier mis en examen qui ne pourra plus exercer sa profession le temps de l'instruction. (Capture écran)

Les collègues du gardien de la paix de 23 ans mis en examen ce jeudi soir ont décidé de se mobiliser pour lui venir en aide.

Car leur collègue a reçu l’interdiction d’exercer sa profession ou de porter une arme a précisé le parquet au moment de sa mise en examen pour « violences volontaires avec arme par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Une mesure qui va priver le policier de son salaire complet. Ce dernier a également été placé sous contrôle judiciaire.

Tout s’est passé ce mardi soir lorsque le conducteur d’une voiture, Romain âgé de 26 ans, a refusé de se soumettre au contrôle de police sur le Boulevard Sebastopol (Ier). Une course-poursuite s’est alors engagée. Le policier a réquisitionné le conducteur d’un scooter, avec qui il est monté, pour suivre le fuyard.

« Le rapport de l’IGPN est clair : il y a légitime défense »

Le suspect en fuite est ensuite resté bloqué par un autre véhicule rue Condorcet (IXe). C’est en voyant le policier arriver à sa hauteur qu’il aurait enclenché une brutale marche arrière où il a percuté le deux-roues, dont le conducteur a tout juste eu le temps de s’éjecter. Le policier a ouvert le feu, neutralisant mortellement le fuyard qui a été interpellé et à qui le policier a pratiqué les premiers soins selon plusieurs témoignages, avant l’arrivée des secours.

« Le rapport de l’IGPN est clair : il y a légitime défense, et application du droit » a annoncé l’avocat du policier Me Laurent-Franck Lienard. Le policier de 23 ans a quand même été mis en examen. Une situation qui a fait réagir la famille police tout comme le conseil du fonctionnaire, qui y voit ici une décision injuste. « C’est un scandale ! C’est tout simplement une honte. Qu’a-t-il fait de mal ? Il a appliqué la loi et a tenté de la faire appliquer. Que lui reproche-t-on ? » a scandé Me Lienard dans un communiqué sur Facebook jeudi soir. « Il ne le voulait pas, ne l’avait pas cherché et ne l’avait pas prévu…mais il a été contraint de le faire pour protéger des vies. C’était sa mission, sa responsabilité et son devoir. »

Maitre Laurent-Franck Lienard a par ailleurs décidé avec son client, de faire appel de ces décisions de justice devant la chambre de l’instruction.

Une collecte en ligne ouverte par ses collègues

Les collègues du policier mis en cause ont décidé de se mobiliser pour le soutenir, notamment vis à vis du fait qu’il ne pourra plus reprendre son travail. Pour se faire, une collecte en ligne Leetchi a été lancée ce jeudi. 70 personnes y ont déjà participé au moment où nous écrivons ces lignes, pour un montant de 1700€.

Vous pouvez y participer en cliquant ici.

Actu17.