🇫🇷 Policier tabassé par plusieurs individus à Hyères : les 2 suspects remis en liberté.

par Y.C.
Illustration.

Un policier hors-service a été violemment roué de coups devant son domicile à Hyères dans la nuit du 1er au 2 novembre. Deux suspects interpellés le jour des faits, mis en examen et écroués, ont été remis en liberté ce samedi.

La décision a créé la colère des policiers. La chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Aix-en-Provence est allée à l’encontre de la décision du juge des libertés et de la détention du TGI de Toulon. Ce dernier avait ordonné le placement en détention provisoire de deux suspects mineurs, interpellés le jour des l’agression. Il s’agit de deux Hyérois âgés de 16 et 17 ans.

Ces derniers restent toutefois mis en examen pour « violences sans ITT sur personne dépositaire de l’autorité publique, menaces de mort, menaces de commettre des crimes et délits, dégradation volontaire d’un véhicule » et ont été placés sous contrôle judiciaire raconte Var-Matin.

Cette nuit là, le policier de la BAC de Toilon, qui venait de rentrer du travail, avait entendu un bruit suspect, à l’extérieur de chez lui. C’est là qu’il a constaté que deux individus se trouvaient dans l’un de ses véhicules. Ces derniers, qui sont les deux suspects libérés ce samedi, ont décidé de prendre la fuite mais l’un a oublié un téléphone mobile et une carte d’identité sur place, permettant aux policiers de rapidement les identifier.

Roué de coups de menacé

La situation a basculé quelques minutes plus tard lorsque le policier a vu débarquer deux véhicules. Huit individus, cagoulés et munis de gazeuse ainsi que de barre de fer, ont attaqué le policier devant sa femme. Ce dernier a été roué de coups et a été menacé par les agresseurs.

Une information judiciaire a été ouverte afin d’identifier et arrêter tous les auteurs de cet acte.

Les deux suspects nient avoir participé aux violences

L’avocat du mineur de 17 ans a expliqué devant la cour d’appel que son client avait pénétré dans le véhicule personnel du policier car il l’estimait « abandonné » mais aussi pour fumer à l’intérieur avec le second mineur. Il nie par ailleurs avoir participé au passage à tabac et refute « toute acte de violence à l’encontre du fonctionnaire de police ».

Concernant le second suspect âgé de 16 ans, il a lui aussi nié avoir participé à cette violente agression.

L’enquête se poursuit afin d’identifier les auteurs présumés de ce tabassage en règle.