🇫🇷 Une policière placée en détention, soupçonnée d’avoir fourni des armes à des voyous.


Illustration Actu17 ©

Interpellée le 5 février dernier, la policière a été placée en détention provisoire. Cette dernière est soupçonnée d’être à l’origine du vol des armes de service fin août 2017, à la DTSP 93.

La fonctionnaire a d’abord travaillé au commissariat de Pantin (Seine-Saint-Denis) où elle consultait les fichiers de police sans autorisation. La policière prévenait également des individus de perquisitions à venir selon des sources concordantes citées par Le Point. Des accusations qui n’avaient pas déclenché d’enquête de la part de l’IGPN (la police des polices) explique l’hebdomadaire.

La policière a néanmoins été déplacée et affectée à la Direction Territoriale de la Sécurité Publique (DTSP) de Seine-Saint-Denis où elle filtrait les entrées. C’est là, en août 2017, qu’un vol d’armes de service a eu lieu, plusieurs SIG Sauer SP 2022 ont alors disparu.

Une enquête a été ouverte à la suite de ce vol. Les soupçons se sont alors vite tournés vers cette même policière qui a finalement été interpellée le 5 février dernier, tout comme cinq de ses présumés complices, connus des services de police pour de « petits délits » explique Le Point.

La policière et trois autres suspects écroués

Cinq des six suspects ont alors été déférés et présentés au juge d’instruction pour être mis en examen. Puis le juge des libertés et de la détention a exigé le placement en détention de la fonctionnaire, tout comme trois de ses complices, comme le réquisitoire du parquet le réclamait. Un autre suspect a été quant à lui, placé sous contrôle judiciaire.


Les motivations de la policière n’ont pas été clairement identifiées pour l’heure mais une source proche de l’enquête citée par ce même média, évoque la piste de l’enrichissement personnel.

Actu17.