🇫🇷 #PuyDeDôme Le détenu en cavale fonce sur les policiers avec une voiture volée, l’un ouvre le feu.

Illustration.

Une patrouille de la BAC a repéré, à bord d’un véhicule volé, un détenu évadé du centre pénitentiaire de Riom. Les policiers ont tenté de l’interpeller. Pour se dégager, le fuyard a foncé sur eux. Un policier a ouvert le feu rapporte La Montagne.

Au volant d’une voiture volée, un détenu en fuite a failli percuter un policier qui tentait de l’interpeller, jeudi 3 août, dans l’après-midi, à Beaumont (Puy-de-Dôme). Le fonctionnaire a tiré à trois reprises. Mais l’évadé est parvenu à prendre la fuite.

L’homme n’avait pas réintégré le centre pénitentiaire de Riom (Puy-de-Dôme) depuis plusieurs semaines. Jeudi 3 août, il a fait une réapparition tonitruante, qui aurait pu se solder par un bain de sang.

Vers 17 h 30, une patrouille de la brigade anticriminalité repère un véhicule signalé volé sur le parking du pôle commercial « Champ Madame », à Beaumont, en bordure de la RD 2089.

Le conducteur est une figure très connue des policiers : ce Clermontois d’une trentaine d’années a déjà été interpellé et condamné à de multiples reprises, notamment pour trafic de stupéfiants.

Le fuyard n’aurait pas été blessé

Écroué au quartier de semi-liberté, il aurait dû regagner sa cellule à l’issue d’une permission de sortie, au printemps. Ce qu’il n’a pas fait.

Au milieu du flux des clients, l’un des fonctionnaires de la BAC met donc pied à terre pour demander au fuyard de s’arrêter. Mais au lieu d’obtempérer, l’évadé acculé opte pour la fuite.

Engagé sur la seule et unique voie de sortie du parking, il accélère en direction du policier en civil. Ce dernier sort son arme. Et finit par tirer à trois reprises avec son pistolet de service, comme la loi le permet désormais (*), alors que le véhicule n’est qu’à quelques mètres de lui.

Il devra même se jeter sur le côté, in extremis, pour ne pas être écrasé.

Les trois tirs ont semble-t-il touché l’avant de la voiture, qui est parvenue à poursuivre sa route. « On ne connaît pas encore l’impact précis de ces coups de feu. Mais a priori, rien ne laisse penser que le conducteur a été blessé », affirme prudemment Éric Maillaud, le procureur de la République, tout en confirmant le déroulé des faits.

Comme toujours en pareil cas, une enquête administrative a été ouverte pour préciser les conditions de l’utilisation de l’arme par le policier.

http://bit.ly/2u9RCG9