Pyrénées-Orientales : En plein confinement, le convoi transportait 41 kg d’herbe de cannabis


De l'herbe de cannabis placée sous scellé judiciaire. (IP3 PRESS/MAXPPP)

Malgré les mesures de confinement en vigueur et les contrôles aux frontières, certains trafiquants n’hésitent pas à tenter leur chance. Ceux-ci ont échoué à mener à bien leur projet.


Le peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) d’Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) a intercepté un convoi qui transportait 41 kg d’herbe de cannabis, ce jeudi.

Vers 1 heure du matin, trois véhicules suspects ont été repérés juste après leurs passage à la frontière, alors qu’ils venaient d’Espagne. Lorsque les gendarmes ont voulu procéder à leur contrôle, les conducteurs ont refusé d’obtempérer et le convoi a pris la fuite, relate La Dépêche.

Les pneus crevés

Les gendarmes avaient au préalable disposé une herse au sol. Les suspects sont parvenus à échapper au contrôle en laissant les militaires sur place, mais leur fuite n’a pas duré longtemps.

Les voitures du convoi ont été retrouvées quelques kilomètres plus loin, sur la route départementale 115 entre Amélie-les-Bains et Prats-de-Mollo, les pneus à plat. Les occupants de deux d’entre elles n’étaient plus sur place, laissant le chargement illicite dans les véhicules, soit 41 kg d’herbe de cannabis.


Un suspect interpellé

Les gendarmes ont interpellé un homme dans la troisième voiture, une Volkswagen Golf qui aurait été utilisée comme ouvreuse. Le suspect, âgé de 27 ans, n’a pas été trouvé en possession de drogue, mais il a été confié aux enquêteurs du service régional de la police judiciaire de Toulouse (Haute-Garonne), qui l’a placé en garde à vue.

Mis en examen et écroué

Les policiers vont notamment s’attacher à mettre en évidence son rôle dans le convoi. Une information judiciaire a été ouverte ce jeudi après-midi, et le jeune homme a été mis en examen pour « acquisition, détention et importation de produit stupéfiant ». Il a été placé en détention provisoire.

Les enquêteurs tentent maintenant d’identifier les autres participants à ce Go Fast entre l’Espagne et la France.