Quand Alexandre Benalla affirmait que ses 2 passeports diplomatiques étaient restés à l’Élysée.


Alexandre Benalla en septembre 2018. (DR)

C’était le 19 septembre dernier. Alexandre Benalla était alors entendu par la commission d’enquête du Sénat sur son rôle exact au sein de la présidence de la République.


Alexandre Benalla a utilisé l’un de ses passeports diplomatiques pour se rendre au Tchad au début du mois de décembre, mais pas seulement. L’ex-collaborateur d’Emmanuel Macron s’est rendu dans plusieurs pays africains avec ce document officiel selon Mediapart, des informations confirmées par Le Monde.

Pourtant, M. Benalla avait affirmé devant la commission d’enquête du Sénat en septembre dernier, qu’il avait laissé ses passeports diplomatiques, « dans le bureau » qu’il occupait à l’Élysée, indiquant qu’il ne s’agissait pas de « passe-droit ». « L’Élysée a dû s’en occuper » avait-il ajouté au sujet des documents officiels.

L’un des deux passeports lui a été délivré le 20 septembre 2017, l’autre le 24 mai 2018, soit plus de trois semaines après sa mise à pied décidée par l’Élysée. Une mise à pied actée après des faits de violences volontaires présumés durant la manifestation du 1er mai, révélés par des vidéos amateurs où l’on aperçoit Alexandre Benalla avec des insignes de la Police nationale, notamment un brassard et un casque de maintien de l’ordre.

Depuis, l’ex-collaborateur de l’Élysée a été mis en examen à deux reprises pour des faits de violences présumés lors de cette même manifestation.

Un document signé et un courrier recommandé

Le 23 mai dernier, Alexandre Benalla avait rempli un document où il s’engageait à restituer ses deux passeports comme l’a révélé LCI. Chose qu’il n’a donc pas faite.

Le ministère des affaires étrangères a indiqué au journal Le Monde avoir adressé un courrier recommandé à Alexandre Benalla le 26 juillet dernier, pour lui réclamer les deux passeports diplomatiques. Après son licenciement donc. Une lettre retirée par une personne munie du pouvoir de M. Benalla, le 6 août.

Toujours selon le quotidien français, le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron a écrit le 22 décembre à Alexandre Benalla, licencié en juillet par l’Elysée, pour solliciter « toutes informations pertinentes » sur les activités de « consultant » dont il se prévaut désormais.

M. Benalla affirmait ce mercredi ne pas avoir de passeport diplomatique français

Il y a seulement 48 heures, juste avant le début de cette nouvelle polémique, Alexandre Benalla avait affirmé au journal Le Monde qui l’interrogeait sur ses déplacements en Afrique, qu’il ne disposait pas de passeport diplomatique français. Une affirmation seulement quelques heures avant les révélations de Mediapart.

« Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères examine les suites à donner, y compris judiciaires » a annoncé le Quai d’Orsay dans un communiqué.

Pourquoi Alexandre Benalla avait-il deux passeports diplomatiques ? Pourquoi ne les a-t-il pas restitués et dans quel but ? Pourquoi l’Élysée n’a pas forcé son ancien collaborateur a les rendre ? De nombreuses questions restent en suspens et ne vont pas arranger les affaires de l’Élysée, déjà très occupé dans le dossier des Gilets jaunes.