Refus d’obtempérer et course-poursuite entre Agde et Béziers : un policier et un enfant blessés


Illustration. (Jose Hernandez/Camera 51/shutterstock)

Le conducteur d’une Porsche s’est lancé dans une course-poursuite avec la police entre Agde et Béziers (Hérault) ce samedi soir. Il a fini par être interpellé, non sans avoir blessé un policier et percuté une autre voiture, blessant aussi un enfant.

Il a pris tous les risques. L’affaire a débuté par un refus d’obtempérer au Cap-d’Agde vers 21 heures. Un homme au volant d’une Porsche a commencé à s’arrêter à la demande des policiers, puis a soudainement redémarré, fonçant sur les forces de l’ordre explique Midi Libre. L’alerte a été donnée sur les ondes police, pendant que le chauffard prenait la direction de Béziers.

Les policiers se sont lancés à sa poursuite, tout en restant à distance. Dans le même temps, les autres équipages ont mis en place des barrages à Béziers pour arrêter le fuyard.

« Alors que les policiers de Béziers effectuaient les gestes réglementaires pour que le conducteur arrête son véhicule, le chauffard décidait de foncer délibérément sur eux, leur imposant d’utiliser les DIVA (dispositif d’interception de véhicules automobiles, il s’agit de herses, ndlr)« , énonce le syndicat Unité SGP Police FO du département, dans un communiqué. « Face à la détermination de l’individu, les fonctionnaires de police étaient obligés de plonger sur le bas-côté de la chaussée pour ne pas être percutés par le véhicule ».

Un peu plus loin, le chauffard a perdu le contrôle de son véhicule, les pneus étant dégonflés. Il a percuté une autre voiture, dans laquelle un enfant a été blessé suite au choc. Ce dernier a été pris en charge par les sapeurs-pompiers et transporté à l’hôpital. Les policiers ont surgi et interpellé le passager dans la Porsche puis le conducteur qui avait pris la fuite en courant. L’homme âgé de 31 ans et son passager de 42 ans ont été placés en garde à vue. Un policier a été blessé au cours de cette périlleuse intervention.

« Tout cela est une fois de plus inacceptable et ne peut plus continuer de la sorte ! »

« Sans le professionnalisme et le sang-froid des policiers agathois et biterrois, nous aurions pu connaître le pire des scénarios », réagit Stéphane Navarro du syndicat Unité SGP Police FO 34. « Les jours se suivent et se ressemblent, encore un policier blessé lors d’une intervention. Tout cela est une fois de plus inacceptable et ne peut plus continuer de la sorte ! Des décisions doivent enfin être prises afin que les agressions contre les agents de la force publique soient sanctionnées à hauteur de la gravité des faits ».