Rennes : 8 personnes ont passé le réveillon du Nouvel an bloquées dans un manège, à 52 mètres de hauteur.


(photo Nathalie Appéré)

Il aura fallu l’intervention d’un hélicoptère de la sécurité civile pour secourir les huit personnes qui ont passé plus de huit heures bloquées dans un manège à sensations, à Rennes (Ille-et-Vilaine), dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier.


Ils ne sont pas prêts d’oublier leur réveillon du Nouvel an. Leur passage en 2019 s’est déroulé à 52 mètres de hauteur, assis les pieds dans le vide, coincés dans la nacelle d’un manège de la fête foraine de Rennes, le BomberMaxxx.

Il était environ 20h30 lorsque le manège, qui fonctionnait jusqu’ici sans problème, s’est arrêté après « un gros bruit et des étincelles au niveau de l’axe de rotation » raconte un témoin. Une vidéo amateur montre le moment de l’incident.

Les passagers de la nacelle qui s’est arrêtée à hauteur du sol, ont pu rapidement descendre, mais pas les autres, bloqués à 52 mètres de hauteur. Trois adultes et cinq enfants dont une jeune fille de 13 ans, ont dû patienter de longues heures.

Le choix de l’hélicoptère s’est imposé

Les sapeurs-pompiers sont arrivés sur les lieux. Une unité de cinq sapeurs-pompiers du groupe d’intervention en milieu périlleux (Grimp) ont fait le déplacement. Il s’agit de pompiers spécialisés dans les interventions délicates, de ce type.

Tandis qu’un de ses spécialistes a tenté d’escalader le manège, l’échelle d’un camion de pompiers a été déployée, jusqu’à l’axe central du manège, à environ 25 mètres du sol. Dans l’impasse, c’est finalement la sollicitation d’un hélicoptère qui a permis de débloquer la situation. L’hélicoptère de la sécurité civile basé à Bréville-sur-Mer (Manche) est arrivé sur les lieux à 23h45.

« Sur un manège forain, c’est une première. Mais les sapeurs-pompiers sont entraînés à ce type d’interventions », a détaillé le commandant Arnaud Guitton à Ouest-France.

L’évacuation s’est terminée à 6 heures du matin

Fort heureusement, la météo n’a posé que peu de problèmes. Mis à part le froid, il ne pleuvait pas et il n’y avait que peu de vent. Chaque personne a alors été équipée d’un harnais avant que le harnachement de la nacelle ne soit ouvert.

Chacune des victimes a alors été descendue en rappel dans le vide, avec toutes les mesures de sécurité nécessaires, jusqu’à la nacelle de secours des pompiers située une vingtaine de mètres plus bas.

Nicolas, 47 ans, a été descendu le premier à 04h06. La dernière personne a été évacuée à 6 heures du matin.

Voilà une nuit de réveillon que ces huit personnes n’oublieront jamais.