🇫🇷 #Rennes Chauffeur ayant percuté un policier : le suspect est mort « d’une blessure par balle ».

Capture vidéo TVR35

Le procureur de la République Nicolas Jacquet tient une conférence de presse ce lundi 31 juillet, au lendemain du décès d’un conducteur qui s’est soustrait à un contrôle de police, avenue Janvier à Rennes. Le magistrat évoque un décès consécutif « à une blessure par balle » rapporte Ouest-France.

Un automobiliste a trouvé la mort, dimanche vers 8 h du matin, à la suite d’un contrôle de police qui a mal tourné. La voiture circulant avec deux personnes à bord s’est retournée sur le toit à hauteur du lycée Zola, avenue Janvier à Rennes.

L’autopsie pratiquée ce lundi matin a révélé, selon le procureur de la République, un décès consécutif « à une blessure par balle ».

« Fortement alcoolisé »

À leur arrivée, les pompiers ont extrait du véhicule le conducteur qui n’a pu être ranimé. Le passager du véhicule, indemne « mais fortement alcoolisé » selon le parquet, a été placé en cellule de dégrisement, en attendant d’être entendu par les enquêteurs.

La police a d’abord été alertée vers 7 h 40 par des témoins qui ont signalé « des hommes très excités » qui s’en prenaient au mobilier des commerces ainsi qu’à des deux-roues stationnés aux abords de la gare. Un témoin aurait précisé qu’il lui semblait avoir vu l’un des membres du groupe portant un couteau. Ce qu’a confirmé le procureur.

Deux coups de feu

Trois fonctionnaires de la brigade ferroviaire, dépendant de la Police de l’air et des frontières, sont alors intervenus sur place, à pied.

À leur arrivée, deux personnes correspondant au signalement ont tenté de quitter les lieux à bord d’une Twingo grise. « L’un des policiers a été renversé par le véhicule, les deux autres ont alors tiré chacun une fois », indique le procureur de la République Nicolas Jacquet. Un des coups de feu a atteint le conducteur en plein cœur.

Le parquet a ouvert une enquête pour tentative d’homicide rapporte cette même source, une seconde à l’IGPN (l’Inspection Générale de la Police Nationale) pour déterminer les circonstances dans lesquelles les policiers ont ouvert le feu.

http://bit.ly/2hgZz6v