Rennes : Verbalisé 10 fois pour le non-respect du confinement, il écope d’une peine de travail d’intérêt général


Illustration. (Twitter / @Prefet14)

La justice a été plutôt clémente avec un jeune homme de 19 ans, multi-récidiviste du non-respect du confinement, imposé à la population en raison de la pandémie de Covid-19.

Le tribunal correctionnel de Rennes (Ille-et-Vilaine) a condamné cet habitant du quartier de Cleunay à 35 heures de travail d’intérêt général. Il était poursuivi pour s’être fait verbalisé par les forces de l’ordre pas moins de dix fois, alors qu’il ne respectait pas le confinement.

Une sanction qui ne passe pas auprès des policiers

Les policiers l’avaient interpellé et placé en garde à vue la veille. Il a finalement fait l’objet d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), et le prévenu encour un mois d’emprisonnement s’il ne respecte pas sa peine de travail d’intérêt général.

Du côté des forces de l’ordre, c’est l’incompréhension. Habitués à le contrôler et à le verbaliser, les policiers n’en démordent pas : cette sanction ne changera rien à son comportement. « Demain, il recommencera et on le retrouvera dans la rue », confie à 20 minutes un policier désabusé.

Seules 5 infractions retenues

Le procureur de la République Philippe Astruc a été contacté par le média et a expliqué que seules cinq faits ont été retenus sur les neuf verbalisations du mis en cause.


« Parfois, le parquet estime que telle ou telle verbalisation ne présente pas suffisamment de solidité juridique », a ajouté le magistrat, précisant que le prévenu en avait contesté certaines, qui par faute d’éléments n’ont pas pu être retenues.