Rhône : Leurs photos de chasse en Afrique publiées, les gérants d’un magasin Super U démissionnent


Plusieurs clichés montrant les gérants du magasin Super U de l'Arbresle avec des cadavres d'animaux ont été diffusés sur les réseaux sociaux. (photo Facebook)

Des photos montrant les propriétaires du Super U de L’Arbresle (Rhône) poser à côté de cadavres d’animaux lors de safaris en Afrique ont été diffusées sur les réseaux sociaux, provoquant de vives réactions.

Les photos dateraient de 2015 et montrent la directrice des ressources humaines du Super U de l’Arbresle avec sa famille, à côté d’animaux morts, lors de séances de chasse en Afrique. On aperçoit les propriétaires de l’enseigne poser fièrement avec le cadavre d’un lion, d’un zèbre ou encore d’un hippopotame ou d’un léopard.

Une dizaine de ces clichés ont été diffusés sur les réseaux sociaux ce mardi comme l’explique Le Progrès, et de nombreux internautes ont appelé en conséquence au boycott du supermarché avec le hashtag « #BycottSuperU », même si ces chasses ne sont pas illégales. La publication d’un sympathisant du Parti animaliste a notamment été partagée plus de 14 000 fois en quelques heures.

Ces photos étaient toutefois disponibles en passant par Google et certaines sont issues d’un site internet de chasse.

Le groupe a annoncé le départ des deux dirigeants avec « effet immédiat »

Face à la polémique, le Super U de L’Arbresle avait d’abord publié un communiqué sur Facebook (qui a depuis été retiré), pour se désolidariser « fermement de ces pratiques qui vont à l’encontre des valeurs que nous défendons et de nos engagements ».

C’est ensuite le groupe U Les commerçants qui a diffusé un communiqué ce mardi soir, indiquant que les deux dirigeants du magasin quittaient, avec « effet immédiat », leur poste, et qu’une nouvelle direction était « en cours de mise en place ». Une décision prise « face à la réprobation suscitée par ces agissements et l’émotion du public », peut-on également lire dans le communiqué du groupe qui évoque des publications « en totale opposition avec les valeurs défendues par la coopérative U Enseigne et avec ses engagements ».

Pour l’heure, les mis en cause n’ont fait aucun commentaire concernant cette affaire et n’ont pas confirmé ou démenti ces informations.