Royan : Accusé d’avoir enlevé et drogué deux adolescentes en l’espace de quelques jours, un homme écroué


Illustration. (Shutterstock / VaLisa)

Un homme de 38 ans vient d’être mis en examen et placé en détention provisoire. Il est accusé d’avoir enlevé deux jeunes filles et les avoir droguées, avant de les laisser repartir.

Deux enlèvements visant deux adolescentes différentes dans le secteur de Royan (Charente-Maritime) en l’espace de quelques jours, avec un mode opératoire similaire. Des affaires inquiétantes qui ont amené les enquêteurs de la police judiciaire de La Rochelle et ceux de l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) à agir rapidement en utilisant d’importants moyens, pour retrouver l’auteur des faits.

Une collégienne âgée de 11 ans scolarisée en 6ème était accompagnée d’une de ses amies ce jeudi 10 septembre peu après 17 heures. Elles venaient de quitter leur établissement et rentraient chez elles comme d’habitude. Les deux petites filles se sont séparées, n’habitant pas au même endroit à Royan, et la collégienne a poursuivi son chemin pour rejoindre son domicile. Sa mère ne l’a pas vue arriver et s’est inquiétée. Elle a alerté la police qui a entamé rapidement des recherches durant la soirée.

La petite fille n’avait pas son téléphone portable qu’elle avait laissé chez elle. Elle est finalement arrivée vers 22h20. La collégienne venait de rentrer à pied jusqu’à son domicile. Alors qu’elle était dans un état second, elle a raconté qu’elle avait été victime d’un élèvement par un individu qui circulait à bord d’un petit véhicule gris. Le ravisseur était muni d’une arme de poing et l’a forcée à monter dans son véhicule. Il lui a ensuite ordonné de se cacher au pied du siège passager.

La fillette a expliqué qu’elle avait été amenée chez son ravisseur âgé d’une trentaine d’années, où il l’a forcée à prendre « un somnifère de type benzodiazépine » indique une source proche du dossier au journal Le Parisien. La petite fille s’est endormie et s’est réveillée alors qu’elle était dans la voiture de cet homme, qui l’a déposée non loin de chez elle. Elle n’a pas subi de violences, ni physique, ni sexuelle. Ses analyses de sang ont d’autre part montré qu’elle avait absorbée des somnifères.


Une adolescente enlevée et droguée le 26 août

Les policiers de Royan ont alors fait le rapprochement avec une affaire similaire qui s’est déroulée le 26 août dernier. Une adolescente âgée de 17 ans a déposé plainte pour des faits très similaires. Cette dernière a expliqué qu’elle avait été abordée dans la rue, à Saint-Palais-sur-Mer, par un homme d’une trentaine d’années qui était armé d’un couteau. Elle a ensuite été forcée de monter dans son véhicule.

La jeune fille a elle aussi été droguée et séquestrée durant deux heures, avant d’être remise en liberté près de chez elle. Les examens sanguins ont montré que la victime avait absorbé des anxiolytiques.

Identifié par l’intermédiaire de la Caisse primaire d’assurance maladie

Pour débloquer cette enquête, les policiers ont décidé de faire une réquisition auprès de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM), afin d’obtenir la liste des personnes qui ont été remboursées suite à une prescription de ce type de médicaments spécifiques. C’est de cette façon qu’ils sont parvenus à identifier un suspect âgé de 38 ans. L’homme correspondait par ailleurs à la description donnée par les deux victimes, tout comme la description de son logement. Il a été interpellé à son domicile ce mardi matin puis placé en garde à vue.

Le mis en cause déjà connu des services de police pour des faits de menaces et de violences sur les policiers, qui souffrirait de schizophrénie, a déclaré lors de ses auditions que « fréquenter des enfants le régénérait », précise cette même source à nos confrères. Il n’a néanmoins donné aucune explication cohérente à ses actes. Sur son ordinateur, les enquêteurs ont par ailleurs découvert des images à caractère pédopornographique.

Le trentenaire a été mis en examen pour enlèvement et séquestration de plusieurs personnes avant d’être écroué dans la nuit de jeudi à vendredi.