Royaume-Uni : Il urine sur une plaque en mémoire d’un policier tué par un terroriste, 14 jours de prison


La plaque dressée près de partelement britannique en hommage au policier Keith Palmer. (Flickr / Garry Knight)

Un homme a été condamné par la justice britannique pour avoir uriné sur une plaque honorant la mémoire d’un policier, poignardé à mort par un terroriste en 2017. Il a été lourdement sanctionné.


Lors de son procès qui s’est tenu ce lundi au tribunal de Westminster Magistrates, un homme de 28 ans devait répondre d’« outrage à la décence publique » pour des faits commis samedi, relate la BBC.

Ce supporter de football a plaidé coupable pour avoir uriné près d’une plaque dressée en la mémoire d’un policier, tué lors d’un attentat à Londres (Royaume-Uni) en 2017. Samedi, lorsqu’il s’est soulagé sur le monument disposé à proximité du parlement, Andrew Banks a été pris en photo.

Cette scène s’est produite au moment où des militants d’extrême droite manifestaient dans le centre de la capitale britannique et jetaient des projectiles en direction des policiers. Le cliché a été publié sur les réseaux sociaux. Il a rapidement été partagé des dizaines de milliers de fois, suscitant la colère et l’indignation des internautes.

La ministre de l’Intérieur, Priti Patel, a qualifié son acte d’« absolument épouvantable et honteux ». Elle a également condamné les affrontements provoqués par des manifestants qui se qualifiaient de « patriotes », parmi lesquels comptaient des supporteurs de football et des groupes d’extrême droite. Ce jour-là, les policiers – dont 23 ont été blessés – ont interpellé 113 personnes.

14 jours de prison

À l’audience ce lundi, le procureur Michael Mallon a indiqué que ce supporter du club de football de Tottenham se trouvait ce samedi dans le centre de Londres pour « protéger des statues », selon les déclarations du prévenu. Ce dernier n’était toutefois pas parvenu à dire lesquelles.

Pour sa défense, Andrew Banks a affirmé qu’il avait bu 16 pintes dans la nuit de vendredi à samedi, et qu’il n’aurait pas pu fermer l’œil. « J’accepte le fait que vous étiez ivre et ne saviez pas où vous uriniez », a déclaré la juge Emma Arbuthnot, avant de poursuivre : « L’ironie est que plutôt de protéger les monuments, vous avez presque uriné sur l’un d’eux ».

L’avocat du prévenu, Stuart Harris, a affirmé que son client avait « honte de ses actes » et présentait des problèmes d’ordre mental. Il avait été interpellé et inculpé après s’être rendu de lui-même dans un commissariat de police, dimanche. Il a été jugé coupable d’« outrage à la décence publique » et a écopé de 14 jours de prison.

Un attentat revendiqué par l’EI

Le policier auquel rend hommage la plaque commémorative se nomme Keith Palmer. Cet agent de police 48 ans, qui exerçait depuis 16 ans à Londres, avait été poignardé à mort le 22 mars 2017, près du parlement.

Son meurtrier, Khalid Masood, était un Britannique de 52 ans converti à l’islam et connu des services de police, qui venait de renverser volontairement des piétons avec sa voiture sur le pont de Westminster. Cet attentat, revendiqué par le groupe djihadiste État islamique, avait fait cinq morts.