Saône-et-Loire : Une femme de 68 ans condamnée pour avoir tué son compagnon à coups de masse


Illustration. (Shutterstock)

À la barre du tribunal, la prévenue a déclaré : « Si j’avais voulu le tuer, j’aurais pris le fusil. […] Ce jour-là j’ai explosé. J’ai saisi la masse et j’ai tapé, tapé pour le faire taire ».

La Cour d’Assises de Saône-et-Loire a condamné une femme de 68 ans à 12 ans de réclusion criminelle, ce samedi peu après 17 heures. Elle était poursuivie le meurtre à coups de masse de son compagnon à Saint-Vincent-le-Bresse, au sud de Chalon-sur-Saône, le 23 août 2014.

Lors de ce procès qui se tenait depuis lundi, l’accusée a fait un malaise provoquant une suspension d’audience. Le délibéré a duré près de cinq heures, relate le Journal de Saône-et-Loire.

Pas d’intention de donner la mort, pour la défense

L’avocat de la prévenue, qui était sous contrôle judiciaire depuis avril 2015, a plaidé l’altération du discernement. Il avait affirmé que sa cliente n’avait pas eu l’intention de tuer son compagnon.

Pour sa défense, la prévenue a mis en avant les coups qu’elle recevait de la part de cet homme durant des années. Elle a aussi évoqué ses tentatives de suicide et les graves problèmes financiers du couple qui ne s’acquittait plus de ses loyers depuis 2008.


Une énième dispute qui dégénère

L’accusée a fait le récit de sa dispute survenue au moment du meurtre. Elle a évoqué les insultes de « prostituée » que son conjoint lui lançait en ajoutant qu’elle a « dû continuer à coucher avec le propriétaire pour payer les loyers ». La sexagénaire a par-dessus tout affirmé que c’est cet homme qui lui avait porté le premier coup de masse.

Alors que l’Avocat général avait requis une peine de 15 ans de réclusion criminelle, les jurés l’ont condamnée à 12 ans.