Sartrouville : Un gymnase en partie détruit par un incendie criminel, un suspect de 15 ans interpellé


Un incendie volontaire a ravagé une annexe du gymnase Romain-Rolland de Sartrouville. (capture vidéo Twitter / @Byro781)

Le gardien d’un gymnase de Sartrouville (Yvelines) a été évacué avec sa famille alors qu’un important incendie volontaire faisait rage. Trente-deux soldats du feu et six engins d’intervention ont été mobilisés dans la lutte contre ce sinistre.


Un adolescent de 15 ans a été interpellé alors qu’il se cachait dans un buisson à proximité d’un violent incendie qui a ravagé l’annexe du gymnase Romain-Rolland à Sartrouville (Yvelines), ce mardi matin.

Vers 3h30, l’alarme du gymnase situé dans la rue de Marseille s’est déclenchée, rapporte Le Parisien. Le gardien, qui vit sur place avec sa famille, a rapidement vu que la porte d’une salle de gymnastique avait été fracturée. Un incendie faisait déjà rage à l’intérieur.

Un engin incendiaire lancé dans la salle de gym

Alertés, les pompiers sont rapidement intervenus et ont évacué le gardien et sa famille. L’incendie d’ampleur risquait de se propager à tous les bâtiments du gymnase. Au total, trente-deux pompiers et six engins ont été mobilisés pour venir à bout de ce sinistre. Un témoin a filmé le feu durant l’intervention des secours.

Environ une heure et demie de lutte a été nécessaire pour éteindre l’incendie, qui a ravagé totalement cette salle de gymnastique de 300 m2, ainsi que le matériel qui y était entreposé. D’après les premiers éléments de l’enquête confiée à la sûreté urbaine de Sartrouville, le feu serait sans aucun doute d’origine criminelle.

Un engin incendiaire a été lancé dans la baie vitrée de cette salle et a mis le feu aux tapis en mousse qui s’y trouvaient. Les policiers devront notamment déterminer si l’adolescent interpellé sur place est à l’origine de ce sinistre. Le préjudice n’a pas encore été évalué et une expertise doit avoir lieu sous peu.

Yaël Braun-Pivet, députée des Yvelines et présidente de la Commission des Lois de l’Assemblée Nationale, a condamné ces faits et témoigné son soutien aux habitants de Sartrouville.

La cité des Indes sous tension

Pierre Fond, le maire de Sartrouville, s’est dit indigné par cet énième acte destructeur. La cité des Indes est en proie à des violences urbaines depuis plusieurs jours.

« Dans la nuit de dimanche à lundi, les forces de l’ordre y ont été attaquées. Les bus ont été bloqués par des détritus en feu et nous avions prévu de les détourner de la cité » a déclaré l’édile au quotidien francilien.

Désabusé, l’élu dénonce la quasi-impunité dont bénéficient les malfaiteurs qui, même interpellés, échappent selon lui d’une manière ou d’une autre aux sanctions pénales, ajoutant n’avoir « jamais vu un incendiaire condamné dans le cadre d’affaires de violence urbaine » en 25 ans de mandat.


Dans la nuit de dimanche à lundi, les policiers ont en effet été victimes d’un guet-apens dans la cité des Indes. Alors qu’ils sécurisaient l’intervention des sapeurs-pompiers qui éteignaient des feux de détritus placés sur la route, et qu’ils escortaient deux autobus jusqu’à la sortie de la cité, ils ont été visés par des tirs de mortiers d’artifice, tirés par une trentaine d’individus. Un policier a été légèrement blessé.

La nuit précédente, le commissariat de Trappes avait été la cible d’une vingtaine de tirs de mortier d’artifice.