🇫🇷 Scandale au sommet des Douanes : l’ex-numéro 2 de la DNRED mis en examen.

Dans la haute hiérachie des Douanes, la course au chiffre aurait poussé une poignée de cadres à piloter des importations illicites. L’ex n°2 de la la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières vient d’être mis en examen indique Europe 1.

Avis de forte tempête sur les douanes. Le 27 juillet, l’ex-numéro 2 de la DNRED, la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières, a été mis en examen notamment pour complicité d’importation de marchandises contrefaites. Selon nos informations, Erwan Guilmin, à l’issue de 12 heures d’audition dans l’affaire du faux café saisi au Havre en juillet 2015, a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d’exercer aux douanes. Il a été discrètement exfiltré au Trésor, puis prié de rester chez lui sans affectation. « Beaucoup de choses ont été faites derrière son dos, réagit son avocat, Me Laurent Frank Lienard. Mon client est arrivé sur un système qui existait avant lui… »

« La culture du résultat » aurait donné lieu à une série de dérives

L’affaire pourrait aussi cacher un autre scénario, une sorte de « grand secret » compromettant pour la DNRED. « L’histoire du café risque de mettre à jour une petite organisation, un système corrompu entre notre sein », confie au JDD une source haut placée, qui se dit « écœurée » de ce qu’une discrète enquête officieuse lui aurait permis de mettre à jour.

Au sein de la DNRED, « la culture du résultat » aurait donné lieu à une série de dérives. Selon notre source, il aurait d’abord été décidé d’intégrer dans les chiffres certaines saisies à l’étranger : « Principalement les saisies opérées via le réseau MAOC, quand on prévient une police étrangère qu’un bateau transporte de la marchandise illicite. Jusque-là, on ne les comptabilisait pas. On s’est mis à le faire pour gonfler nos chiffres ». Dans le même temps, selon notre source, il aurait été décidé « d’inventer des informateurs » : « Sur certaines prises à l’étranger, il aurait été ainsi convenu de créer de faux aviseurs.»

http://bit.ly/2uROFpf