Seine-et-Marne : Il casse des pare-brise à coups de poing et blesse 2 policiers lors de son interpellation


Illustration. (Adobe Stock)

L’homme à l’imposant physique a refusé son interpellation et a blessé deux policiers, l’un très sérieusement. Quatre policiers ont ensuite dû intervenir pour le faire sortir de la voiture de police. Il a été déféré.

Ce samedi soir vers 18h20, plusieurs passants ont fait appel à la police, indiquant qu’un homme était en train de casser des pare-brise de véhicules en stationnement à coups de poing, rue de Paris à Nemours (Seine-et-Marne) raconte La République de Seine-et-Marne.

Sur place, les deux policiers sont tombés face à un homme mesurant 1m85 et pesant 90 kg de muscles, qui n’avait aucune intention de se laisser faire.

Âgé de 35 ans, le mis en cause a empoigné l’un des fonctionnaires avant de le projeter violemment contre la vitrine d’un magasin. Ce dernier a heurté un plot en béton, ce qui lui a coûté une fracture ouverte du péroné.

L’utilisation du taser n’a rien changé

Une importante blessure qui n’a pas démotivé ce policier, qui est revenu à la charge pour maîtriser son agresseur. Les fonctionnaires ont utilisé leur pistolet à impulsion électrique (taser) contre cet homme mais l’arme n’a pas permis de l’immobiliser. Ce dernier était fortement alcoolisé, et avait probablement consommé des produits stupéfiants.


Des renforts sont arrivés et le trentenaire a été interpellé puis menotté. Conduit au commissariat, quatre policiers ont alors été contraints de le sortir de force du véhicule de police. Il a été placé en cellule de dégrisement dans le cadre de sa garde à vue différée.

21 jours d’ITT pour le policier

Le policier souffrant d’une fracture à la jambe s’est vu attribuer 21 jours d’Incapacité totale de travail (ITT). Le second souffre d’une rotule déplacée et de problèmes ligamentaires au genou.

Au cours de sa garde à vue, le mis en cause qui est un ressortissant polonais, a refusé de collaborer avec son interprète. Vivant à Nemours et étant sans emploi, il a été déféré ce lundi au parquet de Fontainebleau et doit être jugé en comparution immédiate.

Le prévenu a écopé d’une peine de 8 mois de prison ferme.