🇫🇷 Seine-Maritime : Des parents soupçonnés d’escroquerie par le biais d’appels aux dons pour leur fille malade.

par Y.C.
Illustration.

Les gendarmes ont lancé un appel à témoins.

« Tous ensemble pour Jeanne » et l’association « Juste pour un sourire » vous disent peut-être quelque chose. C’est par ce biais qu’un couple est soupçonné d’avoir escroqué à la charité un très grand nombre de personnes.

Les suspects mis en examen

Fin octobre, le Parquet de Dieppe a ouvert une information judiciaire pour «  escroquerie » et « abus de confiance ». Le couple soupçonné a été mis en examen dans ce cadre, car le juge d’instruction a estimé qu’il existait des indices graves et concordants.

Leur fillette gravement malade ?

Sur la page Facebook ouverte pour collecter des dons, les internautes peuvent découvrir les photographies de leur fillette Jeanne, âgée de 3 ans. Sur ces clichés, Jeanne apparaît souvent à l’hôpital et on peut également consulter des devis de médecins belges pour des traitements destinés à la petite fille. Car Jeanne est suivie en Belgique.

Plusieurs cagnottes

Au début du mois de janvier dernier, la mère de la fillette a décrit la maladie rare du tube digestif, dont cette dernière serait atteinte. Elle a également lancé plusieurs appels aux dons et organisé des collectes lors de manifestations.

Leur train de vie semble avoir changé

Selon la justice, plusieurs dizaines de milliers d’euros auraient ainsi été collectées. Le train de vie du couple se serait amélioré et c’est ce qui a conduit donateurs et voisins à s’interroger. Alertés, les gendarmes ont débuté une enquête sous l’autorité du Parquet qui a déclaré à France Bleu : « Les investigations à ce stade laissent à penser que la petite ne souffre pas de la pathologie grave annoncée ».

Les donateurs sont recensés

Les mis en cause démentent formellement les accusations dont ils font l’objet. Il y a quelques mois, la famille a déménagé de Saint-Pierre-en-Val, mais la page Facebook est maintenue à jour.

La Gendarmerie Nationale basée à Dieppe a lancé un appel à témoins qui concerne les donateurs. Jusqu’au 23 novembre, les personnes qui ont fait des dons pour Jeanne sur Facebook ou lors des manifestations, sont priées de se signaler pour les besoins de l’enquête, au 0 800 97 00 42.