🇫🇷 Seine-Saint-Denis : Un délégué syndical policier a-t-il pété les plombs face à ses collègues ?

par Y.C.
La Direction territoriale de la sécurité publique de Seine-Saint-Denis. (Capture écran Google view)

Un délégué syndical Unité SGP-FO s’en est pris brutalement à ses collègues en tenue alors que ces derniers lui demandaient de déplacer sa voiture. Une affaire qui a fait l’objet de plusieurs rapports de la part des fonctionnaires.

L’affaire révélée dans les colonnes de l’hebdomadaire Le Point ce samedi était encore au centre de nombreuses discussions et interrogations ce lundi matin chez les policiers de Seine-Saint-Denis que nous avons pu interroger.

Les faits datent du 17 octobre dernier. Ce jour-là, le responsable syndical avait stationné son véhicule à la direction territoriale de la sécurité publique de Seine-Saint-Denis (DTSP 93), à Bobigny. Un parking où l’accès est réglementé, notamment dû aux consignes de sécurité en cette période Vigipirate.

Concernant les délégués syndicaux et afin qu’il n’y ait pas de disparité entre chaque organisation, notamment au vu des élections professionnelles à venir dès le 30 novembre, le stationnement leur a été autorisé de façon temporaire explique l’hebdomadaire. Une instruction bien existante, comme nous l’ont confirmé plusieurs policiers, qui est appliquée déjà depuis plusieurs semaines.

« J’en ai marre d’être emmerdé par des gens comme vous »

Les fonctionnaires ont alors invité le représentant de ce même syndicat a déplacer son véhicule, conformément aux instructions qu’ils avaient reçues.

La réaction de ce dernier a été pour le moins musclée ou plutôt démesurée, comme les policiers le racontent dans plusieurs rapports qu’ils ont rédigés après les faits. « Je me casserais quand j’en aurais envie » a déclaré le délégué syndical. « Vous me cassez les couilles, j’en ai marre d’être emmerdé par des gens comme vous. Je vous chie dessus… de toute façon, il n’y a pas que moi qui pense ça. » a-t-il ajouté si l’on en croit les écrits des policiers, deux gradés expérimentés et un adjoint de sécurité.

Une réponse qui ne s’est pas arrêtée là, puisque comme l’explique Le Point, ce même représentant syndical a ensuite pénétré subitement dans le bureau de l’un des policiers et l’aurait pris en photo, avant de quitter les lieux.

Une lettre ouverte à venir

Notre rédaction a sollicité le syndicat Unité SGP-FO de Seine-Saint-Denis ce dimanche afin d’obtenir leur réponse vis à vis de ces accusations. Ces derniers nous ont uniquement expliqué qu’une « lettre ouverte serait publiée en début de semaine prochaine pour répondre à ces allégations ». Un écrit toujours indisponible à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Dans un communiqué sur Facebook, l’organisation évoque une « pseudo affaire maquillée » et met en cause le journaliste du magazine Le Point Aziz Zemouri.

Actu17.