🇫🇷 Seine-Saint-Denis : Une femme de ménage empoisonne 2 jeunes enfants dans une crèche.

par Y.C.
Illustration

Une femme de ménage a été mise en examen pour avoir dispersé des anxiolytiques dans le lait de deux enfants.

Une femme de ménage de 53 ans, employée dans une crèche de Neuilly-sur-Marne en Seine-Saint-Denis a été mise en examen car elle est soupçonnée d’avoir dispersé des anxiolytiques dans le lait de deux enfants.

Le personnel de la crèche inquiet

La première affaire est survenue le 5 juin dernier. Le personnel de la crèche a fait appel à un somaticien de l’hôpital car un enfant de 16 mois, après avoir pris son goûter, a été victime de pertes d’équilibre et de phases de somnolence. L’enfant a été conduit à l’hôpital Necker, les examens ont révélé la présence de molécules d’un composant de puissants psychotropes : la benzodiazépine.

Le 19 juin, un enfant de 9 mois a présenté, après le déjeuner, les mêmes symptômes. L’hôpital de Ville-Evrard, spécialisé en psychiatrie, a mis en place un dispositif de surveillance.

Contrôle renforcé

La préparation des biberons de la crèche a été confiée à deux personnes au lieu d’une seule. Des restrictions d’accès aux espaces de vie ont été mises en place.

Les autorités policières et judiciaires ont été avisées et les policiers ont procédé à des constatations dans la crèche permettant d’établir qu’aucun médicament à base de benzodiazépine ne se trouvait dans la pharmacie.

Les analyses se sont révélées positives

Les analyses du lait des biberons des enfants ont révélé la présence de benzodiazépine, que l’on retrouve dans un somnifère du nom de Havlane, et d’un anxiolytique du nom de Nordaz.

La femme de ménage soupçonnée

Dès lors après vérifications, une femme de ménage a été particulièrement ciblée car elle avait obtenu une prescription de Havlane et Nordaz. Placée en garde à vue, la mise en cause a reconnu être dépressive mais a nié les faits.

La femme suspectée déjà connue de la police

L’intéressée a reconnu entendre des voix mais, examinée par un psychiatre, aucune pathologie n’a été décelée. La femme de ménage est connue des services de police pour avoir, en 2012, agressé à son domicile une retraitée de 68 ans à coups de tesson de bouteille et de broche à viande.

Pour l’heure, les enquêteurs ignorent encore les motivations de l’intéressée, rapporte Le Point.

Actu17.