Selfie armé : Alexandre Benalla a affirmé devant les juges qu’il s’agissait… d’un pistolet à eau.


Alors qu’ils avaient envisagé de le faire, les juges d’instruction ont renoncé à ordonner la mise en examen d’Alexandre Benalla pour « détention non autorisée d’arme de catégorie B ».


Le 29 novembre dernier lors d’un interrogatoire, l’ancien responsable de la sécurité de la campagne d’Emmanuel Macron s’est défendu d’une manière étonnante.

« Ça peut paraître loufoque »

Lors de ce face-à-face avec les magistrats, a été évoquée la photograhie prise dans un restaurant de Poitiers le 28 avril 2017 – où l’on voit Alexandre Benalla pointer un pistolet de type Glock sur la tête d’une serveuse.

Interrogé sur les circonstances de cette prise de vue et notamment le type d’arme présente, Alexandre Benalla ne s’est pas démonté : il a évoqué le fait qu’il s’agissait probablement d’un « pistolet à eau », de sources concordantes. L’homme a enfoncé le clou : « Ça peut paraître loufoque mais c’est la réalité » a-t-il déclaré aux juges.

La photographie polémique avait été rendue publique le 24 septembre 2018 par Mediapart. Lors de la prise de vue, en avril 2017, Alexandre Benalla n’avait pas le droit de porter une arme à feu en dehors du siège de LREM.

Le Gorafi l’avait prédit

En septembre dernier, lorsque le selfie était devenu viral sur internet, Le Gorafi avait publié un tweet humoristique. En quelques caractères, le site parodique avait prêté une explication fictive à Alexandre Benalla : « J’ai fait une demande de port d’arme, mais ce n’était qu’un pistolet à eau ».
La rédaction du Gorafi n’imaginait pas que la réalité allait rejoindre la fiction !