🇫🇷 Soupçonné d’avoir été un haut cadre de l’EI, un irakien réfugié en France mis en examen.

par Y.C.
Illustration.

Ahmed A. un irakien réfugié en France âgé de 33 ans, avait obtenu un statut de réfugié politique. Il a été mis en examen et écroué en mars dernier.

L’homme aurait été un haut cadre de l’EI. Il tentait de refaire sa vie dans le Calvados.

En juin 2017, il avait obtenu le statut de réfugié politique auprès de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), et avait acqueri une carte de résident de 10 ans.

Ahmed A. était suivi par la DGSI depuis l’été 2017 explique TF1 qui révèle ce dossier. Ce sont les autorités irakiennes qui avaient alerté la coalition internationale et la France de la potentielle présence de cet individu sur le sol européen.

Le suspect a finalement été interpellé le 6 mars dernier à Lisieux (Calvados). En garde à vue, l’homme a nié les faits.

Il aurait participé à un large massacre

Ahmed A. avait quitté l’Irak fin 2014 et avait été annoncé mort, à tord. Il aurait participé au massacre de 1700 personnes près de Tikrit (Irak) en juin 2014, et aurait même administré la région de Samarra, pour l’EI.

Le mise en cause aurait traversé le nombreux pays au milieu de nombreux migrants entre 2015 et 2016, avant d’arriver en France à l’été 2016.

Le suspect a été mis en examen pour plusieurs chefs : « assassinats en relation avec une entreprise terroriste », « association malfaiteur terroriste en vue de commettre des crimes d’atteintes aux personnes », « crimes de guerre par atteinte à la vie », « crimes de guerre par traitements inhumains et dégradants », « crimes de guerre par l’usage de moyens et de méthodes de combats prohibés et participation à un groupement formé en vue de préparer des crimes de guerre ».

L’Irak réclamait son extradition

Ahmed A. a été placé en détention provisoire. L’Etat a par ailleurs décidé de lui retirer son statut de réfugié politique, une mesure rare.

Les autorités irakiennes réclamaient l’extradition du suspect mais elle n’aura pas lieu puisque l’Irak pratique la peine de mort.

Actu17.