Soupçonnés de 136 cambriolages en région parisienne, 11 mineurs interpellés


Illustration. (photo Remy Buisine ©)

Une opération de police s’est déroulée ce mercredi matin dans différents quartiers de Paris. Onze mineurs ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils sont soupçonnés d’avoir commis 136 cambriolages depuis janvier dernier.

Leur système était bien huilé. Onze mineurs ont été interpellés ce mercredi matin à 6 heures lors d’une opération de police où près de 90 fonctionnaires ont participé, notamment ceux du Groupe de soutien opérationnel (GSO) de la Compagnie de sécurisation et d’intervention de Paris (CSI 75). Ils ont été placés en garde à vue.

Les suspects sont soupçonnés d’avoir commis 136 cambriolage depuis le début de l’année,  à Paris mais également dans les Hauts-de-Seine et dans le Val-de-Marne, ainsi que dans les Yvelines. Leur butin total est estimé à 500 000 euros.

Les mis en cause cassaient la porte d’entrée de leurs victimes « à dos d’homme ». La technique est simple : pendant que l’un des cambrioleurs se place devant la porte, un second s’assied par terre, dos contre les jambes de son complice qui lui servent d’appui pour asséner de gros coups de pieds dans le bas de la porte, a expliqué la directrice de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP), Valérie Martineau.

Une société revendait les pass « vigik » aux cambrioleurs

De leur côté, les enquêteurs de la sûreté territoriale ont identifié une société de conseil qui revendait des cartes magnétiques, des « vigik », qui permettaient aux cambrioleurs de pénétrer facilement dans les immeubles de leurs victimes. Pour réaliser l’encodage de ces pass magnétiques, les données nécessaires étaient récupérées auprès d’une société de distribution de prospectus. Les « vigik » étaient alors revendus aux cambrioleurs.


Les enquêteurs sont parvenus à déterminer que la société vendait 150 cartes par semaine, ce qui représente 6000 euros de bénéfice. Dans le cadre de ces investigations, six personnes ont été interpellées et déférées la semaine dernière.

Un complice chargé de revendre le butin

Par ailleurs, un recéleur a été interpellé. Ce dernier recevait rapidement en photo le butin des cambrioleurs et le revendait en quelques heures, près de la station de métro Château Rouge (XVIIIe).