🇫🇷 Suicide de Maggy Biskupski : une marche blanche aura lieu ce samedi après-midi.

par Y.C.
Illustration Actu17 ©

L’association MPC rendra hommage à sa présidente qui s’est donnée la mort lundi dernier, à son domicile de Carrières-sous-Poissy (Yvelines), avec son arme de service.

Une marche blanche se tiendra ce samedi 24 novembre à 14 heures, dans plusieurs villes de France. Les villes de Paris, Bordeaux, Lyon, Marseille et Le Havre sont notamment concernées. Ces rassemblements d’hommage à Maggy seront également l’occasion de rappeler son combat : l’amélioration des conditions de travail des forces de l’ordre, pour stopper le mal-être chronique dans la profession.

Place du Trocadéro à 14 heures

À Paris, rendez-vous est donné aux forces de l’ordre et citoyens de se rassembler sur la place du Trocadéro à partir de 14 heures.

Un taux de suicide 3 fois plus élevé

Depuis plusieurs années, de nombreux policiers osent sortir de leur devoir de réserve pour dénoncer leurs conditions de travail. Locaux insalubres, heures supplémentaires non comptabilisées, pression des statistiques, manque de reconnaissance, travail en sous effectif chronique, sont autant de facteurs qui poussent les militaires de la gendarmerie et fonctionnaires de police à bout.

Certains pensent au suicide et passent à l’acte. Et son taux dans les forces de l’ordre est beaucoup plus élevé que dans le reste de la population : il y est trois fois supérieur.

« Au revoir à la patronne »

Fer de lance du mouvement des « policiers en colère », Maggy Biskupski est passée à l’acte. Elle dénoncait depuis des mois cet état de fait au sein des rangs des forces de l’ordre. Allant de plateaux télévisés en studios de radio, Maggy ne cessait de crier le mal-être policier pour tenter d’éveiller les consciences citoyennes.

Le combat qu’elle avait épousé lui survivra, même si les « policiers en colère » ont perdu leur « patronne ». « La patronne s’en est allée à la manière de ceux qu’elle aurait tant voulu protéger » communiquait son association sur les réseaux sociaux.