Symbole des violences conjugales, Jacqueline Sauvage est décédée à l’âge de 72 ans


Jacqueline Sauvage le 3 décembre 2015 lors de son procès en appel à Blois. (photo Philippe Renaud/PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE/MAXPPP)

Jacqueline Sauvage est décédée le 23 juillet à son domicile de La Selle-sur-le-Bied (Loiret) à l’âge de 72 ans.

Son histoire avait ému la France. Jacqueline Sauvage avait été condamnée à dix ans de réclusion pour avoir tué son mari, qui la frappait depuis 47 ans. Le président de la République François Hollande avait, en 2016, décidé de lui accorder une grâce totale.

La septuagénaire devenue l’un des symboles des violences conjugales a été enterrée dans la plus stricte intimité ce mardi rapporte La République du Centre.

Jacqueline Sauvage avait écopé d’une peine de 10 ans de réclusion en octobre 2014 pour le meurtre de son mari, Norbert Marot, qui la battait depuis 47 ans. Le 3 décembre 2015, la cour d’appel d’assises de Blois avait confirmé cette sanction, malgré les efforts de ses avocats qui défendaient la thèse de la « légitime défense différée ».

Une grâce totale le 31 janvier 2016

Durant son incarcération, elle avait reçu le soutien de nombreuses personnalités, notamment de Muriel Robin qui quelques années plus tard, prendra sa place dans un film retraçant son histoire.


Le 31 janvier 2016, François Hollande avait décidé d’accorder une grâce partielle, ce qui avait permis à Jacqueline Sauvage de solliciter une liberté conditionnelle. Le président de la République avait finalement choisi d’aller plus loin le 28 décembre 2016, en accordant une grâce totale.

Jacqueline Sauvage avait alors pu retrouver ses trois filles et ses petits enfants. Elle était alors retournée vivre à La Selle-sur-le-Bied.