🇫🇷 Thibault de Montbrial prévoit le retour d’actions terroristes de grande ampleur en France.

   par C. Laudercq et R. Lefras.
L'attentat de Paris ce 12 mai a fait un mort et quatre blessés, dans le IIe arrondissement. (Photo Remy Buisine ©)

L’avocat au barreau de Paris et président du Centre de réflexion sur la sécurité intérieure Thibault de Montbrial est clair : nous vivons une période de « faux calme, avant le retour d’actions de grande ampleur ».

C’est dans une interview au journal Le Figaro que Thibault de Montbrial a livré sa première réaction suite à cette nouvelle attaque terroriste à Paris ce samedi. Un attentat terroriste au couteau revendiqué par l’EI.

« Il faut surtout s’intéresser au Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) » qui contient 20 000 noms indique l’avocat du barreau de Paris. Il s’agit du fichier regroupant les personnes identifiées comme des radicaux islamistes, susceptibles d’un passage à l’acte.

« Les premiers combattants à l’étranger et condamnés en 2013 et 2014 commencent aujourd’hui à sortir de prison »

Selon Thibault de Montbrial, pour améliorer le dispositif de surveillance actuel, il est important de « renforcer le renseignement par tous les moyens y compris par les non-professionnels, ce qu’on appelle les «signaux faibles» ».

« À ce jour, des dispositifs sont mis en place pour que les gendarmes et les policiers collectent ces données. Mais les avancées sont variables selon les départements » poursuit-il.

De nombreux djihadistes vont prochainement sortir de prison explique l’avocat. « Les premiers combattants à l’étranger et condamnés en France en 2013 et 2014 commencent aujourd’hui à sortir de prison. En 2020, on estime que 64 % d’entre eux auront quitté l’univers carcéral, soit plusieurs centaines de personnes. »

« Le pire est devant nous »

« Or une immense majorité d’entre eux reste déterminée à combattre notre pays. Leur profil est inquiétant car il s’agit de personnes aguerries au combat. S’ajoutent à cela, des milliers de djihadistes francophones qui n’ont été ni arrêtés ni tués en Irak ou en Syrie. » explique le président du Centre de réflexion sur la sécurité intérieure.

Pour lui il n’y a pas de doute, « le pire est devant nous ». « Expérimentés [ces combattants], sont en mesure de coordonner des attaques d’envergure en France. »

Autre précision de Thibault de Montbrial, le terrorisme « low-cost » que nous connaissons ces derniers mois, comme l’attaque au couteau à Paris ce samedi, correspond à une « période transitoire », une « période de faux calme avant le retour d’actions de grande ampleur ».

Actu17.