🇫🇷 Terrorisme : Un homme d’origine tchétchène soupçonné d’avoir voulu commettre un attentat a été écroué.

par Y.C.
Illustration Actu17 ©

Le suspect, Abdoul-Malik A., âgé de 18 ans est décrit comme radicalisé. Il a été mis en examen et écroué ce lundi.

L’enquête des policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a débuté par l’interpellation d’un mineur âgé de 16 ans, à Montauban (Tarn-et-Garonne) le 11 septembre dernier. Durant sa garde à vue, il a admis avoir échangé avec un certain « Dahouq al Qattal », sur la messagerie chiffrée Telegram.

Un homme qui lui a affirmé sa volonté d’entrer en contact avec plusieurs djihadistes présents en zone de combat, dans le but de commettre un attentat en France explique Le Point. Ce même interlocuteur lui aurait plus tard affirmé avoir renoncé à l’idée de commettre cet attentat, mais plutôt de vouloir « partir en Syrie ».

Les enquêteurs ont placé sous surveillante discrète ce mystérieux interlocuteur, qu’ils ont identifié comme étant Abdoul-Malik A., un Franco-Russe d’origine tchétchène âgé de 18 ans. « Il a été démontré que ce jeune garçon pouvait être considéré comme radicalisé et qu’il a effectué plusieurs recherches via Internet sur l’État islamique » selon une source proche du dossier, citée par ce même hebdomadaire.

Des accusations niées

L’un des proches du suspect a également fait part aux enquêteurs de ses craintes de le voir « passer à l’acte en commettant des meurtres ». Les policiers ont finalement interpellé Abdoul-Malik A. le 18 septembre au domicile de ses parents, à Strasbourg.

Placé en garde à vue, le suspect a nié l’ensemble des faits qui lui ont été reprochés. Il a également réfuté vouloir commettre « un quelconque attentat et de mourir en martyr », et a indiqué ne pas être radicalisé. Abdoul-Malik A. a toutefois reconnu avoir fait des recherches sur internet sur l’EI, expliquant que c’était uniquement pour « s’informer ».

Des déclarations qui n’ont convaincu ni les policiers, ni les magistrats puisque le suspect a été mis en examen ce lundi pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte de terrorisme » et « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un ou plusieurs crimes d’atteintes aux personnes ». Il a été placé en détention provisoire.

Abdoul-Malik A. est le frère du suspect mis en examen et écroué après l’attentat du quartier Opéra à Paris

Abdoul-Malik A. n’est pas totalement inconnu des services de renseignement puisque son frère, Abdoul-Hakim A., a été interpellé en mai dernier, quelques jours après l’attentat du quartier de l’Opéra à Paris, commis par Khamzat Azimov.

Ce dernier avait tué un passant de 29 ans et en avait blessé cinq autres avec un couteau de cuisine, en pleine rue, avant d’être abattu par la police. Une attaque terroriste qui avait été revendiquée par l’EI.

Présenté comme un proche du terroriste, Abdoul-Hakim A. avait été mis en examen et placé en détention provisoire.

Actu17.