Toulouse : Accusé d’avoir fait partie du commando armé qui a braqué un homme à domicile, il est remis en liberté


Illustration. (Shutterstock)

Il a été placé sous le statut de témoin assisté avant de quitter le tribunal libre.

Ses explications ont convaincu les juges qui ont décidé de le remettre en liberté sous contrôle judiciaire. Pourtant, l’homme est soupçonné d’avoir eu un rôle important dans des faits qui remontent au 21 février dernier.

Cette enquête a été ouverte après le dépôt de plainte de la victime raconte La Dépêche. Cet homme âgé d’une vingtaine d’années dormait dans son appartement situé dans le quartier Saouzelong, à Toulouse (Haute-Garonne), lorsqu’il a été réveillé par le bruit de cinq individus qui se sont introduits chez lui.

Le commando armé d’un pistolet automatique a immédiatement ordonné à la victime de lui indiquer où était cachée son argent. Face à cette menace, le jeune homme a préféré donner satisfaction aux malfaiteurs.

Les cinq agresseurs sont repartis avec sa carte bancaire et une console de jeux. Ils sont ensuite allés retirer la somme de 300 euros et ont disparu. La victime de son côté s’est dirigée au commissariat juste après cette agression.


Il explique qu’il avait bu et qu’il ne se souvient pas de tout

Les hommes de la sûreté départementale ont exploité les images de vidéosurveillances de la banque où les auteurs avaient effectué leur retrait frauduleux. Ils ont relevé la plaque d’immatriculation de la voiture utilisée par ces derniers. Le véhicule appartenait à un homme domicilié à Balma.

Le propriétaire a indiqué aux enquêteurs que c’est son fils de 18 ans qui avait la voiture ce jour-là. Le jeune majeur a été placé en garde à vue ce mardi. Il a avoué aux policiers qu’il avait bien pris la voiture ce 21 février mais qu’il avait confié le volant à l’un de ses amis car il avait beaucoup bu. Un troisième ami se trouvait également dans le véhicule. En outre, il a affirmé ne pas se souvenir de ce qu’ils avaient fait.

Des explications jugées insuffisantes par les policiers, ainsi que par le parquet où il a été présenté, en vue de sa mise en examen pour « séquestration », « extorsion avec arme » et « escroquerie », dans le cadre de l’ouverture d’une information judiciaire.

Placé sous le statut de témoin assisté

Les avocats du suspect ont rappelé que leur client n’avait aucun antécédent et que ses explications étaient restées les mêmes depuis le début. Le jeune homme de 18 ans a été entendu par un juge d’instruction qui a finalement décidé de le placer sous le statut de témoin assisté. Il a ensuite été remis en liberté, sous contrôle judiciaire.

La décision a surpris les policiers du tribunal qui ont arrêté le jeune homme alors qu’il sortait du tribunal, pensant qu’il s’enfuyait, raconte le quotidien. Après vérifications, ils ont constaté que tout était en règle. Les avocats du jeune homme se sont dit satisfaits de la décision du juge.