Toulouse : Le fugitif au volant refuse d’obtempérer et traîne un policier sur 600 mètres


Illustration. (Shutterstock)

Ce détenu de la maison d’arrêt d’Eysses à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) était activement recherché par les forces de l’ordre. Il n’avait pas regagné sa cellule, profitant d’une permission de sortie du 7 au 12 novembre.

Vendredi, l’information est parvenue aux policiers que le fugitif de 26 ans, visé par un mandat d’arrêt, pouvait se trouver dans le camp de gens du voyage de la Mounède à Toulouse (Haute-Garonne). Lorsqu’ils sont arrivés sur place, les fonctionnaires ont repéré une Citroën Saxo au volant de laquelle se trouvait leur homme.

Un policier sur le capot

Les policiers ont tenté de l’intercepter, mais le fugitif a fait plusieurs manoeuvres dangereuses, en avançant puis reculant rapidement afin de leur échapper. Un fonctionnaire s’est retrouvé sur son capot sans que cela ne dissuade le fuyard de poursuivre sa route à grande vitesse, relate La Dépêche.

Le suspect en enchaîné les freinages et les accélérations pour tenter de faire tomber le policier, en vain. Il a même percuté un véhicule d’auto-école sur sa route.

« Je me suis dit que je vivais mes dernières heures. Pour moi, j’allais mourir si je lâchais le capot. […] Inconsciemment, j’ai lâché prise et je suis tombé sur le terre-plein », a témoigné le policier, toujours sous le choc. Il venait de parcourir environ 600 mètres en mauvaise posture, et sans doute de frôler la mort.


Le fuyard a été intercepté et arrêté près d’un autre camp de gens du voyage. L’homme ne s’est pas laissé faire et a porté plusieurs coups aux policiers.

Des policiers blessés

Le fonctionnaire de police qui s’est retrouvé sur son capot s’est vu délivrer 3 jours d’Incapacité totale de travail (ITT) et trois de ses collègues qui ont participé à l’interpellation ont eu 1 jour d’ITT.

Le tribunal correctionnel de Toulouse a condamné le fugitif, Joseph, à 4 ans de prison. Âgé de 26 ans, il a déjà passé 12 ans derrière les barreaux.

En outre, il devra s’acquitter d’une amende de 100 euros pour le défaut de maîtrise de son véhicule et de 2 000 € aux trois policiers interpellateurs. Un procès au civil pour le policier traîné et le moniteur d’auto-école se tiendra le 4 mars prochain.