🇫🇷 #Toulouse Le ravisseur et violeur interpellé. Des agressions sexuelles «sauvages», un véritable «prédateur».

Illustration Actu17 ©

Les policiers ont interpellé un homme de 35 ans suspecté d’avoir commis des « agressions sexuelles sauvages » dont un enlèvement suivi de viol rapporte La Dépêche.

Un homme de 35 ans a été interpellé en début de semaine à Toulouse. Il est suspecté d’enlèvement et de viol ainsi que d’une tentative. Les faits les plus graves se sont produits ce week-end.

«Des faits très graves», selon le parquet. «Des agressions sauvages» pour des proches du dossier. Un véritable «prédateur» a été interpellé, en début de semaine à l’issue d’une enquête carrée menée par les policiers de la brigade criminelle et de répression des atteintes aux personnes (BCRAP) de la sûreté départementale.

Cet homme est soupçonné notamment d’une tentative d’enlèvement sous la menace d’une arme, d’un enlèvement et d’un viol sous la menace d’une arme. Les faits se sont déroulés en deux temps, à Toulouse. Les plus graves remontent à ce samedi, vers 6 heures.

L’homme, armé d’un couteau, aurait obligé une femme qui rentrait chez elle à monter dans son véhicule. Il a circulé un moment avant de la contraindre à avoir des rapports sexuels.

Après ce déferlement de violences, le prédateur a fini par abandonner sa victime, une femme d’une quarantaine d’années, du côté du centre commercial Auchan-Gramont.

Cette dernière est parvenue à donner l’alerte auprès d’un riverain qui l’a conduite à l’hôpital où les médecins n’ont pu que constater l’état de traumatisme tant physique que psychologique dans lequel se trouvait cette femme.

La première agression dont cet homme serait l’auteur avait eu lieu une dizaine de jours plus tôt, toujours dans les rues de Toulouse. Armé d’un cutter, il avait voulu faire monter une femme d’une trentaine d’années dans son véhicule pour l’enlever.

La victime, qui ne s’est pas laissée faire, a porté un coup au bras de l’agresseur et s’est mise à crier. Elle a pu échapper au prédateur grâce à l’arrivée d’un témoin.

Évanoui dans la nature, le violeur présumé n’a pas tardé à être identifié par les enquêteurs de la BCRAP. Ils ont utilisé tous les moyens à leur disposition en commençant par les témoignages des deux victimes.

Grâce à leurs précisions, ils ont exploité les caméras de vidéoprotection situées sur le chemin des agressions. Des prélèvements d’ADN ont également été réalisés sur les victimes et analysés par les experts du laboratoire de la police scientifique.

Selon les éléments, l’homme utilisait sa propre voiture pour agresser ces femmes sauvagement. «S’il n’avait pas été arrêté, il aurait continué longtemps», estime une source proche du dossier.

Placé en garde à vue en début de semaine, ce père de famille marié d’environ 35 ans, inconnu de la justice, aurait expliqué qu’il ne se souvenait pas de tout. Il n’aurait pas reconnu les agressions. Il a été mis en examen et présenté à un juge d’instruction hier.

Le parquet de Toulouse a requis son placement en détention.

http://bit.ly/2w2zxq3