🇫🇷 Toulouse : Sur un puissant scooter, ils attaquent un motard de la police et le font chuter à 80 km/h.


Illustration Actu17 ©

Une agression qui aurait pu être fatale au policier sans son équipement à airbag.

Info ACTU17. Mercredi vers 13h30, dans le quartier Lardenne de Toulouse, l’attention d’une patrouille de motards de la Police Nationale a été attirée par deux hommes chevauchant un puissant scooter. Le passager, sans casque, s’est masqué le visage à la vue des policiers.

Une course-poursuite s’engage

Selon nos informations, les motards de la police, en mission de « Police de Sécurité du Quotidien (PSQ) », ont tenté de procéder au contrôle routier des suspects, mais ces derniers n’ont pas obtempéré. L’un des motards s’est porté plusieurs fois à la hauteur du puissant scooter mais son pilote a tenté de percuter le policier à plusieurs reprises et de le serrer contre les véhicules roulant en sens inverse.

Les suspects font chuter le policier à moto

Prenant tous les risques, les individus ont continué leur fuite et leurs tentatives de déstabilisation du motard. Selon nos informations, le passager du scooter a même frappé et poussé le policier pour tenter de le faire chuter. Après 500 mètres de course folle, le pilote du scooter est venu percuter la roue avant de la moto et son comparse a agrippé le policier, le faisant lourdement chuter au sol à 80 km/h. Les agresseurs ont pris la fuite, selon une source judiciaire.

Sauvé par son équipement individuel de motocycliste

L’airbag individuel du motard de la police s’est déclenché, lui sauvant probablement la vie ou lui évitant de graves blessures. À l’arrivée des secours, le fonctionnaire présentait de multiples contusions, un traumatisme crânien et des douleurs aux cervicales. Il a été transporté à l’hôpital par les sapeurs-pompiers et s’est vu délivrer 3 jours d’incapacité totale de travail (ITT). La moto quant à elle a été gravement endommagée.


Les assaillants activement recherchés

Une enquête a été ouverte afin de tenter de retrouver les agresseurs, pour « refus d’obtempérer, violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique avec arme par destination et mise en danger délibérée de la vie d’autrui ».

Actu17.