Toulouse : Un homme qui battait sa femme tué par balle par la police alors qu’il attaquait les forces de l’ordre


Illustration © Actu17

Les policiers sont intervenus pour des violences conjugales ce vendredi tard dans la soirée à Toulouse (Haute-Garonne). La situation a basculé lorsque l’homme accusé de battre sa femme, a attaqué les forces de l’ordre avec un couteau. Un policier a ouvert le feu.

Il était un peu plus de 23 heures hier soir lorsque les policiers ont été alertés. Une femme venait de faire appel aux forces de l’ordre car son compagnon la battait. Les fonctionnaires se sont rendus sur place, dans cet appartement situé dans une résidence au nord de Toulouse, dans le quartier Soupetard.

« L’homme parlementait et était très probablement alcoolisé », a expliqué Nelson Bouard, le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP), à nos confrères de La Dépêche. Un second équipage de police a été envoyé sur place mais le mis en cause ne s’est pas calmé.

La situation était toujours tendue lorsque cet homme âgé de 47 ans s’est saisi d’un couteau, avant de foncer sur l’un des quatre policiers présents dans le logement. L’un des fonctionnaires a alors fait feu avec son arme de service, touchant l’agresseur au niveau de l’abdomen. Ce dernier a été pris en charge par les sapeurs-pompiers et par le SAMU mais rien n’a pu être fait pour le sauver. Le mis en cause est décédé sur place a précisé le procureur de la République, Dominique Alzeari.

Il « surgi, couteau à la main »

« Il était déjà très vindicatif », a détaillé Nelson Bouard. L’homme a ensuite « surgi, couteau à la main avant de s’en prendre délibérément aux forces de l’ordre à très courte distance », a-t-il ajouté. Il « a exprimé ses intentions » a aussi rapporté le DDSP de Haute-Garonne.


Deux enquêtes ont été ouvertes par le procureur de la République. L’une confiée au Service régional de police judiciaire (SRPJ), la seconde à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), comme cela est le cas à chaque fois qu’un fonctionnaire ouvre le feu, pour déterminer si le policier a bien fait usage de son arme de manière réglementaire, et « même si le contexte paraît clair et cohérent, sans préjuger de quoi que ce soit », a indiqué le magistrat.

L’homme était déjà connu de la police pour des altercations violentes et récurrentes

Les policiers étaient d’ailleurs intervenus il y a seulement quelques jours chez ce couple a indiqué le DDSP.

Cet homme de 47 ans était déjà connu défavorablement des services de police « pour violences conjugales » a aussi confié Nelson Bouard qui a évoqué des altercations parfois très violentes et récurrentes, apportant dans le même temps son soutien aux policiers qui sont intervenus. Une cellule psychologique a été ouverte pour les personnes qui ont assisté à cette dramatique scène.