Transports en Île-de-France : l’attestation employeur sera contrôlée «entre 6h30 et 9h30» et «de 16h à 19h»


Illustration. (Tupungato / Shutterstock)

Une attestation de votre employeur sera nécessaire pour prendre les transports en commun en Île-de-France durant les heures de pointe, à partir du 11 mai, date du début du déconfinement.

La présidente de la région Ile-de-France et patronne d’Ile-de-France mobilités Valérie Pécresse l’a annoncé sur France 2 : pour se déplacer dans les transports en commun à partir de lundi, entre 6h30 et 9h30 et entre 16 heures et 19 heures, une attestation de votre employeur sera obligatoire, sous peine d’être verbalisé à hauteur de 135 euros.

Valérie Pécresse a précisé qu’il y aurait une tolérance durant les premiers jours. « L’objectif n’est pas la verbalisation mais de donner priorité à ceux qui ont absolument besoin des transports en commun, ceux qui vont travailler », a-t-elle expliqué.

« Les transports qui ne seront pas saturés sont évidemment ouverts à tous », en dehors de ces deux tranches horaires a aussi indiqué la présidente de la région, ajoutant que les contrôles seront menés « dans les grandes gares » et les stations. « Il existe un goulet d’étranglement des transports en commun », a-t-elle aussi admise, dans lequel « pourrait repartir l’épidémie ».

2 millions de masques distribués

Par ailleurs, à partir de samedi et « dans 400 gares d’Ile-de-France, nous distribuerons 2 millions de masques » a annoncé Valérie Pécresse et ce, durant « les premières semaines », pour « permettre d’amorcer la pompe jusqu’à ce que les Franciliens puissent les acheter eux-mêmes ».


La présidente de la région a également appelé ceux qui peuvent rester en télétravail, de continuer à le faire, demandant aussi d’employer des modes de transport alternatif comme le covoiturage ou le vélo. Des centaines de kilomètres de pistes cyclables temporaires vont être labellisées.

Le port du masque obligatoire

Les transports en communs seront plus nombreux à partir de lundi, après avoir fonctionné au ralenti durant plusieurs semaines. La RATP compte assurer environ 75 % du service et la SNCF entre 50 et 60 % pour ses trains de banlieue.

Le gouvernement a annoncé ce jeudi que le port du masque sera obligatoire pour les 11 ans et plus dans les transports publics. En cas de non respect, l’amende s’élèvera là aussi à 135 euros.