🇺🇸 Tuerie de Thousand Oaks : «Chérie, je dois répondre à une alerte, je t’aime», les derniers mots du policier tué.

par Y.C.
(Photos LAPD / DR. Montage Actu17)

Le Sergent Ron Helus fait partie des 12 victimes tuées à Thousand Oaks en Californie (États-Unis), ce mercredi soir. Le policier est arrivé sur les lieux de la tuerie seulement quelques minutes après les premiers coups de feu.

Un homme a ouvert le feu dans l’établissement Borderline Bar & Grill à Thousand Oaks, dans le banlieue de Los Angeles, avec une arme de poing. 12 victimes ont été tuées, dont un policier, le Sergent Ron Helus, qui était arrivé rapidement sur les lieux, seulement quelques minutes après le début.

« Il est intervenu pour sauver des vies. Il est mort en héros » a déclaré le shérif du comté de Ventura, Geoff Dean, jeudi. Ron Helus devait prendre sa retraite l’année prochaine, après 29 ans de service.

Ron Helus a été tué par balles alors qu’il venait de pénétrer dans l’établissement pour neutraliser le tueur. (DR)

Le policier de 54 ans a échangé des tirs avec le tueur lorsqu’il a pénétré dans le bar, et a été blessé de plusieurs balles. Avant d’arriver sur cette intervention qu’il savait sans aucun doute sensible, Ron Helus a dit à sa femme au téléphone : « Chérie, je dois répondre à une alerte, je t’aime ». Ce sont ses derniers mots a raconté le shérif.

« Nous avons salué un héros qui ne sera jamais oublié »

Un vibrant hommage a été rendu à Ron Helus ce jeudi. Alors que son cercueil a été conduit vers sa dernière destination sur l’autoroute 101, où de nombreux policiers se trouvaient tout au long du chemin, mais également des drapeaux américains.

« Le Sergent Ron Helus a enfilé son uniforme hier, comme il l’a fait pendant ces dernières années. Quand les coups de feu ont éclaté, le policier du shérif de Ventura qui ne craint pas le mal, s’est précipité pour protéger généreusement sa communauté », a écrit la police de Los Angeles sur Twitter. « Nous avons salué un héros qui ne sera jamais oublié ».

Les raisons de la tuerie restent inconnues

Les motivations de l’auteur, Ian David Long, âgé de 28 ans, restent pour l’heure inconnues. La vie de cet ancien militaire semblait avoir pris un tournant depuis son départ des Marines.

Le tueur avait fait ses classes dans leurs rangs des Marines Corps de 2008 à 2013, et avait fait un passage en Afghanistan entre 2010 et 2011. Il avait été mitrailleur d’infanterie avant de devenir instructeur à Okinawa au Japon raconte CNN. La base militaire où travaillait Ian David Long était située à Hawaï. Après avoir quitté les Marines, il a repris ses études pour étudier la médecine du sport mais n’a pas obtenu son diplôme. Ian David Long a également acté son divorce en avril 2013.

Il vivait avec sa mère à Newbury Park, une commune à proximité de Thousand Oaks et fréquentait régulièrement l’établissement où il a ouvert le feu ont raconté ses amis. Un voisin a également déclaré à CNN que sa mère « vivait dans la peur » de ce que son fils pourrait faire. En avril 2018, la police était intervenu à son domicile après une violente dispute, Ian David Long était devenu « furieux et irrationnel » raconte USA Today.

Ian David Long était un ancien Marines. (DR)

Il avait ensuite rencontré des experts en troubles psychologiques de la police, qui n’avaient pas jugé nécessaire de poursuivre les examens, ni de l’interner. Ces derniers avaient toutefois émis l’idée que Ian David Long pouvait souffrir de stress post-traumatique.

« J’espère que les gens me prendront pour un fou » a écrit le tueur au moment de la tuerie

Le tueur a d’abord fait feu sur un agent de sécurité à l’extérieur du Borderline Bar & Grill, puis sur une femme a l’entrée qui se trouvait au comptoir, avant de tirer sur les autres avec son Glock 21 sur lequel il avait installé un chargeur avec un plus grosse capacité. Ian David Long a posté un message troublant sur son mur Facebook, à l’heure où s’est déroulée la tuerie selon les autorités.

« J’espère que les gens me prendront pour un fou (ajoutant un smiley qui rigole)… ça ne serait pas juste une grosse partie d’ironie ? Ouais… Je suis fou, mais la seule chose que vous faites après ces tueries ce sont ‘des pensées et des prières’ ou ‘gardez [les victimes] dans vos pensées’… à chaque fois… et sans se demander pourquoi elles continuent à se produire… »

Interrogé par CNN anonymement, l’un des amis de Long a expliqué que ce récit « ne ressemblait pas à Ian du tout ». « Je ne sais pas ce qui lui est passé par la tête lorsqu’il a écrit cela. Ça devait être terrible. » a-t-il ajouté.