🇹🇳 #Tunisie Un couple s’embrasse dans la rue. La police donne une autre version : 4 mois ferme pour le Français.

par Y.C.
Une pétition a été lancée pour réclamer la libération de Nessim Ouadi. (Capture écran change.org)

L’homme est un français de 33 ans, il a été condamné à quatre mois de prison ferme. Son amie, une quadragénaire tunisienne à deux mois de prison. Le couple se trouvait dans une voiture au moment des faits. Mais la police n’explique pas la même chose que le couple.

Une mobilisation a été lancée sur les réseaux sociaux.

● Un français et une tunisienne ont été condamnés en appel ce mercredi à Tunis, pour « atteinte à la pudeur » et pour « outrage à fonctionnaire ». Le couple a également eu une altercation avec les policiers.

● Face à la justice tunisienne, le couple a expliqué ne s’être même pas embrassé. Les peines prononcés ont toutefois été allégées par rapport à celles prononcées en première instance.

Les policiers évoquent des actes sexuels

● Durant l’audience, la femme a expliqué avoir simplement pris dans ses bras son ami, Nessim Ouadi, lorsque les policiers sont arrivés. Ces derniers ont quant à eux décrits un acte sexuel en cours, durant la nuit du 1er octobre.

● Les policiers auraient alors sorti brusquement le couple de la voiture, selon la femme. Le français a affirmé à la barre avoir à ce moment là, tenté de filmer les policiers , pour dénoncer leur comportement agressif.

Des avocats se mobilisent

● Une dizaine d’avocats, la majorité plaidant de façon bénévole, avaient réclamé l’acquittement des prévenus, en vain.

Ces derniers avaient listé une série de manquement de la procédure pénale explique l’AFP, notamment des auditions en arabe, alors que le français d’origine algérienne, cadre à Marseille, ne le comprend pas.

● L’affaire fait polémique en Tunisie. « Cette affaire concentre un peu tous les problèmes de la justice et de la police. Les abus de pouvoirs, (…) le non-respect du citoyen et de ses droits, les atteintes à la liberté individuelle », a affirmé l’ancienne députée de la Constituante Nadia Chaabane, membre du comité de soutien aux deux condamnés.

Un « festival de bisous » sur les réseaux sociaux ?

● Plusieurs personnalités intellectuelles tunisiennes comme Raja Ben Slama ou de simples citoyens, proposent de réaliser un « festival de bisous » sur les réseaux sociaux.

Le député indépendant tunisien Raouf El May a d’ailleurs posté sur sa page Facebook, une photo où il embrasse sa compagne.

● Une pétition en ligne a également été lancée, pour réclamer la libération de Nessim Ouadi, condamné à 4 mois de prison ferme.

Actu17.