🇫🇷 Un attentat aux explosifs ou au poison a été déjoué. Un égyptien de 20 ans mis en examen et écroué.

   par C. Laudercq et R. Lefras.

Mise à jour 15h15. Le suspect mis en examen Mohamed M., est un étudiant égyptien de 20 ans en situation régulière en France. Il était « particulièrement actif sur Telegram.

« L’exploitation de son téléphone a mis en évidence la présence de tutoriels de fabrication d’explosifs et de poisons » explique une source proche de l’enquête citée par L’Express, qui évoque un homme déterminé à passer à l’action.

Il s’agit du troisième attentat déjoué en France depuis le début de l’année.

Mise à jour 11h00. L’un des deux suspects a été mis en examen et placé en détention provisoire le 15 mai.

Le second a été remis en liberté selon BFMTV. Il n’est pas le frère du suspect écroué, contrairement aux premières informations données par plusieurs médias ce vendredi matin.

Mise à jour 10h00. Les deux suspects originaire d’Egypte, sont âgés de 20 ans et ont été interpellés le 11 mai à Paris dans le XVIIIe par les policiers de la DGSI.

Les policiers effectuaient une « visite domiciliaire » lorsqu’ils ont découvert de la poudre noire et des tutoriels de fabrication d’explosifs. Les enquêteurs ont donc estimé qu’il y avait « un risque de passage à l’acte imminent » selon une source proche du dossier citée par RTL.

09h00. Invité de BFMTV et RMC ce vendredi matin, Gérard Collomb a annoncé qu’un nouvel attentat avait été déjoué en France.

Un attentat où des explosifs ou du poison très puissant de type ricine, auraient été utilisés selon le Ministre de l’intérieur, qui a ajouté que deux individus ont été interpellés dans cette affaire.

Les deux suspects qui « s’apprêtaient a commettre un attentat » sont d’origine égyptiens et frères, disposaient de tutoriels de fabrication de poison a indiqué Gérard Collomb sans en dire plus. Ces derniers ont été détectés sur la messagerie chiffrée Telegram.

Concernant l’attentat à Paris samedi dernier, Gérard Collomb estime que plusieurs individus ont participé à sa réalisation : « Je ne crois pas à la théorie du loup solitaire ! C’est toujours un groupe d’individus qui travaillent ensemble ! ».

Autre précision révélée par le Ministre de l’intérieur concernant les fiches S, « 3158 personnes fichées S sont de nationalité étrangère. L’an dernier, on en a expulsé 197 en situation irrégulière et 80 en situation régulière ! » a-t-il expliqué.

Actu17.