Un CRS de 47 ans décède des suites du Covid-19, une cagnotte ouverte pour venir en aide à sa famille

Christophe D. est décédé à l'hôpital des suites du Covid-19. (photo Facebook)

Un policier âgé de 47 ans est décédé ce vendredi 12 novembre des suites du Covid-19, après de longues semaines passées à l’hôpital de Dijon (Côte-d’Or). Christophe D. était marié et père de deux filles. Bouleversés, ses collègues ont décidé de lancer une cagnotte en ligne pour soutenir sa famille.

Il était très apprécié et connu pour sa bonne humeur. Christophe D. a quitté les siens pour un dernier voyage ce vendredi. Âgé de 47 ans, ce gardien de la paix laisse un immense vide dans sa famille mais également chez ses collègues de la CRS 40 de Plombières-lès-Dijon. Ce père de deux filles de 13 et 17 ans avait été hospitalisé en soins intensifs à Dijon fin juillet, après avoir été testé positif au variant brésilien du Covid-19. « Christophe a été placé dans un coma artificiel puis en est sorti un peu plus tard mais son état de santé est resté instable, jusqu’à l’arrivée de nouvelles complications les semaines suivantes », nous confie l’un de ses proches.

Awa, qui est la correspondante sociale de la CRS 40, a rédigé un texte touchant en hommage à son collègue Christophe. « Christophe, un bonheur fragile… Voilà trois mois et demi que tu étais en soins intensifs à l’hôpital de Dijon, trois mois et demi que ta famille se faisait un sang d’encre pour toi. (…) De leur côté, tes collègues ont traversé trois mois et demi à poursuivre leurs missions, celles qui les conduisent un peu partout sur le territoire, là où le désordre règne en particulier. Les nouvelles sur ta situation médicale n’étaient ni très précises, ni très rassurantes », écrit la policière, qui avoue que tout le monde est malgré tout resté optimiste jusqu’au bout. « Au pire, nous pensions que tu partirais probablement en centre de réadaptation fonctionnelle après ces longues semaines plongé dans un coma artificiel mais jamais l’idée de t’imaginer nous quitter n’a parcouru nos pensées ».

« Un flic apprécié de ses collègues, un époux prévenant pour sa femme et un papa gâteau pour ses filles »

« Mais toi, le mari et père de deux jeunes filles mineures, tu avais connu très tôt un sérieux pépin de santé, tu connaissais déjà le prix et la fragilité d’une vie », poursuit Awa. « C’est sans doute pourquoi, à chaque opportunité, tu choisissais d’emmener ton petit monde prendre l’air à la neige ou à la mer, en vacances ou en sorties, et même à visiter tes collègues sur certains sites d’hébergements. (…) Un petit bonheur familial jusqu’à cette fin du mois de juillet dernier où ton état a été jugé suffisamment préoccupant pour t’envoyer dans cet environnement ultra médicalisé ».

« Aujourd’hui nous aimerions que ceux qui te connaissaient, se souviennent de toi
et ceux qui ne t’ont jamais rencontré, apprécient la belle personne que tu étais :
un flic apprécié de ses collègues, un époux prévenant pour sa femme et un papa gâteau pour ses filles », conclut la policière.

Les obsèques de Christophe auront lieu ce jeudi en présence de ses proches bien sûr, mais aussi de ses collègues de la CRS 40 et du commissariat de Dijon où il avait aussi travaillé par le passé. Une cagnotte en ligne a été ouverte sur la plateforme Leetchi pour soutenir sa famille et ses enfants, après cette disparition brutale. Plus de 120 personnes y ont déjà participé. Cette collecte est accessible ici.