🇫🇷 Un policier affecté au service de la protection des personnalités écarté et désarmé, suite à un avis de la DGSI.

par Y.C.
Illustration. (SICOP)

Un policier affecté au service de la protection (SDLP) a été écarté et désarmé. Le fonctionnaire était en charge de la protection du directeur de la rédaction de Charlie Hebdo, Laurent Sourisseau dit Riss.

Le policier a l’intention d’engager une procédure pour contester sa mise à l’écart. Il était jusqu’au mois dernier affecté au SDLP, le prestigieux service de la police nationale en charge de la protection des personnalités. Mais la DGSI a émis un avis défavorable à son sujet.

Le nouveau patron du SDLP, Frédéric Auréal a mis en place une procédure régulière de vérification des habilitations de ses effectifs explique BFMTV. La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) qui est en charge de ces vérifications a émis un avis défavorable à la reconduite de l’habilitation de ce policier.

Un avis que la Direction générale de la police nationale (DGPN) a suivi. Le policier qui a par le passé assuré la protection de l’imam de Drancy, Hassen Chalgoumi, a donc été mis à l’écart.

Des soupçons de radicalisation

La DGSI a en effet constaté que le fonctionnaire avait consulté des sites islamistes sur internet.

Une situation jugée « anormale » et « incompatible avec la protection rapprochée de personnalités » selon une source haut placée, citée par la chaîne d’informations, qui évoque des soupçons de « radicalisation » du policier mis à l’écart.

Le fonctionnaire aurait par ailleurs eu des contacts jugés « inquiétants ».

Actu17.