Une cagnotte en soutien aux forces de l’ordre blessées lors des manifestations des Gilets jaunes dépasse les 80 000€.


Une cagnotte en soutien des forces de l'ordre a été lancée ce mardi. (capture écran Leetchi)

La cagnotte ouverte en soutien à Christophe Dettinger a fait couler beaucoup d’encre depuis 48 heures. Elle a finalement été fermée ce mardi. Dans le même temps, une autre cagnotte, cette fois en soutien aux policiers et gendarmes blessés lors des manifestations des Gilets jaunes a été ouverte. Elle rencontre un grand succès.


« Soutien aux forces de l’ordre ». C’est le nom de cette cagnotte Leetchi qui a déjà dépassé les 80 000 euros ce mardi après-midi. Plus de 3000 personnes y ont déjà participé.

Elle a été lancée le matin même par Renaud Muselier, le président Les Républicains (LR), de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, qui rappelle que plus de 1050 membres des forces de l’ordre ont été blessés au cours des manifestations des Gilets jaunes.

« Aucune excuse, aucune justification n’est possible »

« Samedi dernier, une nouvelle étape dans la violence a été franchie. Un ministère de la République a été pris d’assaut ainsi que deux préfectures, une mairie et un tribunal. Un ancien boxeur professionnel a roué de coups plusieurs membres de forces de l’ordre allant, comble de la lâcheté, à passer à tabac un gendarme à terre », a écrit Renaud Muselier.

« Ces comportements ultra violents doivent être sanctionnés avec la plus grande fermeté. Aucune excuse, aucune justification n’est possible. Quand on s’attaque à un policier, à un gendarme ou à un sapeur-pompier c’est en réalité à la France que l’on s’attaque », a-t-il ajouté.

Un ancien policier du RAID ouvre une seconde cagnotte pour les forces de l’ordre

Dans le même temps, un ancien policier, Bruno Pomart, a lui aussi lancé une cagnotte sur le site GoFundMe. Le co-fondateur du RAID, service où il a exercé 36 ans, explique son geste : « Je veux ici apporter mon soutien et fédérer autour des forces de l’ordre car si nous avons le droit de manifester, le droit de débattre, nous n’avons pas celui de casser, et encore moins de blesser ceux qui assurent la sécurité au quotidien ».

« Ces dernières semaines, certains policiers me disent recevoir des boulons, de la peinture, de l’acide ou des excréments. Ces casseurs ne viennent pas pour manifester, mais pour nous blesser, voire pire, nous tuer. De nombreux Policiers et Gendarmes, ainsi que leur famille tremblent ont peur à l’approche des week-ends », a expliqué l’ancien policier.

La cagnotte pour Christophe Dettinger clôturée

La cagnotte ouverte en soutien de Christophe Dettinger, le boxeur des deux gendarmes à Paris samedi dernier, en marge de la manifestation des Gilets jaunes, a été fermée par Leetchi.