🇫🇷 Urgences : 100 000 patients auraient passé la nuit sur un brancard depuis le début de l’année.

par Y.C.
Illustration Actu17 ©

Le syndicat Samu-Urgences de France qui a révélé ce chiffre dénonce un « scandale sanitaire ».

Depuis le 6 janvier, le syndicat Samu-Urgences a mis en place un dispositif nommé « No bed Chalenge », permettant aux urgentistes de recenser avant 10 heures chaque matin, le nombre de patients ayant passé la nuit sur un brancard.

Leur but ? Alerter les pouvoirs publics sur le phénomène de surcharge des urgences. « Environ 150 services d’urgences, sur les 650 existants, ont déclaré régulièrement ces patients » explique le syndicat. Au total, 36 000 patients ont été comptabilisés comme ayant dormi une nuit sur un brancard.

Même si certains services d’urgences « n’ont pas ce problème », « on peut facilement multiplier ce chiffre par trois » explique François Braun, le président de Samu-Urgences de France cité par franceinfo. Il est donc possible d’estimer « 100.000 patients aujourd’hui ont passé la nuit sur un brancard » selon le syndicaliste.

Pour Agnès Ricard-Hibon, la présidente de la Société Française de médecine d’urgence (SFMU), des études scientifiques ont démontré qu’une surcharge des urgences entraîne « une augmentation de la morbi-mortalité de 9% à trois jours, et de plus de 30% pour les patients les plus graves, et nous ne pouvons pas l’accepter ».

Inquiétude à l’approche de l’été

Pour expliquer cette situation, Samu-Urgences pointe du doigt notamment la « défaillance de la médecine de ville à assurer la continuité des soins ».

François Braun qui se dit « inquiet » à l’approche de l’été et de périodes de canicule risquant d’aggraver la situation, rappelle que le gouvernement avait publié une « boîte à outils » visant à identifier les structures fragilisées, renforcer le maillage territorial et anticiper les situations difficiles.

Actu17.