Val-de-Marne : 3 surveillants pénitentiaires de Fresnes en garde à vue pour des violences et un vol en réunion


Illustration © Actu17

C’est une affaire dont se serait sans doute bien passée l’administration pénitentiaire. Trois jeunes surveillants pénitentiaires sont poursuivis pour une agression et un vol commis sur fond d’alcoolisation excessive.

Ce mardi vers 2 heures du matin, les policiers ont reçu l’appel d’un homme les informant qu’il venait d’être frappé par trois individus ivres à L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne). Il a expliqué qu’il passait une soirée avec ses amis, âgés de 27 à 37 ans, à son domicile situé rue Henri-Barbusse, quand une altercation a éclaté à l’extérieur, rapporte Le Parisien.

L’homme a également signalé aux policiers que l’un des agresseurs lui avait volé son portefeuille, et qu’ils avaient essayé d’entrer chez lui, ajoutant avoir réussi à les en dissuader en sortant une batte de baseball. Les trois agresseurs ont fini par quitter les lieux dans une voiture grise, partie en direction de Fresnes.

Course-poursuite et interpellations

Quelques minutes plus tard, une patrouille de police-secours de nuit a repéré le véhicule en fuite. Lorsqu’il a compris que les policiers le recherchaient et voulaient l’intercepter, le conducteur a accéléré pour leur échapper.

Une course-poursuite s’est engagée et s’est terminée très rapidement à 2h20. Les trois suspects ont été interpellés sur l’avenue Flouquet à L’Haÿ-les-Roses. Les policiers ont découvert le portefeuille, volé à la victime un peu plus tôt, aux pieds du conducteur.


Trois surveillants pénitentiaires de Fresnes

Les suspects ont tenté d’amadouer les forces de l’ordre en expliquant qu’ils sont des surveillants du centre pénitentiaire de Fresnes. Chose avérée après vérifications. Ivres, les trois fonctionnaires, âgés de 21, 24 et 25 ans, ont été placés en garde à vue pour « violences volontaires », « vol en réunion » et « conduite sous l’empire d’un état alcoolique ».

« Ce sont des stagiaires », a confié un surveillant pénitentiaire de Fresnes au quotidien francilien, agacé que des « voyous comme ça ternissent l’image de la profession ». Leur garde à vue a été prolongée, ce mardi soir. Les investigations se poursuivent pour faire toute la lumière sur les faits survenus durant la nuit.