Val-de-Marne : Les faux policiers repartent avec un butin de 275 000 € en espèces et lingots d’or


Illustration. (Shutterstock / Arsel Ozgurdal)

La ruse est connue, mais continue de faire des ravages. Ce vol à la fausse qualité a été particulièrement lucratif pour les trois malfaiteurs.


Le manège bien rôdé de trois voleurs a débuté ce dimanche après-midi, devant le domicile d’une habitante de Saint-Maur dans le Val-de-Marne. Peu après 14 heures, un inconnu s’est présenté devant la porte du pavillon d’une vieille dame qui vit seule. Sans se méfier, elle lui a ouvert le portail via l’interphone, pensant qu’il s’agissait d’un couple qu’elle connaissait.

Elle a fait face à un homme qui lui a affirmé être un agent des eaux de chez Véolia, et qui lui a demandé à vérifier ses robinets, sous un prétexte fallacieux : une canalisation aurait cédé dans la rue. La vieille dame a accepté qu’il entre chez elle.

Le piège se referme

Le faux agent s’est mis à inspecter l’habitation au pas de course, en visitant toutes les pièces qui accueillent un point d’eau, rapporte Le Parisien. Il en a profité pour dérober des objets sans valeur. Soudain, deux autres hommes ont déboulé en déclinant leur qualité de policiers, carte professionnelle à l’appui. « Nous venons d’interpeller un faux agent des eaux » ont-il affirmé.

Il ont désigné à la vieille dame les objets que l’agent des eaux venait de s’approprier chez elle. Un acte qui a eu pour effet de rassurer la victime de ce scénario bien huilé. Mais c’est à partir de là que les choses ont mal tourné pour elle.


50 000 euros en espèces

Le duo a alors invité l’habitante à vérifier que ses biens de valeur se trouvaient toujours à leur place. Convaincue qu’il s’agissait de vrais policiers, elle s’est exécutée. La victime a alors sorti les 5 000 euros dissimulés dans son réfrigérateur, puis 3 000 euros entreposés dans une boîte dans la cuisine, ainsi que 5 000 euros qui étaient cachés dans la hotte aspirante.

Habitués à s’attaquer aux personnes âgées, les faux policiers ont insisté pour vérifier la chambre à coucher de la victime. En confiance, elle a ouvert une trappe située près de son lit, contenant 25 000 euros. D’autres liasses de billets ont aussi été retrouvées dans l’habitation, pour un montant total avoisinant les 50 000 euros.

« C’est Al-Qaïda. Bouge pas sinon je te tue »

Face à l’insistance des deux hommes, le doute quant à leur qualité professionnelle s’est immiscé dans l’esprit de la vieille dame. Elle a alors entrepris de téléphoner à sa fille, par sécurité. Les deux malfaiteurs l’ont immédiatement menacée de mort : « C’est Al-Qaïda. Bouge pas sinon je te tue » lui a lancé l’un d’eux.

Sous le choc, la malheureuse leur a finalement désigné une cloison, derrière laquelle se trouvaient cinq lingots d’or d’un kilo, d’une valeur d’environ 45 000 euros chacun.

Son calvaire aurait pu se terminer ici. Mais les voleurs lui ont intimé l’ordre de se déshabiller, avant de l’asperger sur tout le corps d’un liquide inconnu. Il lui ont ensuite ordonné de rester immobile durant dix minutes afin qu’ils puissent disparaître.

La police judiciaire en charge de l’enquête

Lorsque les policiers de Saint-Maur sont arrivés sur place, le trio de malfaiteurs était déjà loin. Les spécialistes de l’identité judiciaire ont procédé aux constatations d’usage et aux relevés d’indices.

Vu le montant du préjudice, qui s’élève à près de 275 000 euros, le parquet de Créteil a ouvert une enquête qu’il a confiée au Service départemental de la police judiciaire du Val-de-Marne.