Val-de-Marne : Un homme armé d’un couteau attaque une femme, les policiers le neutralisent par balle


La police a neutralisé un homme armé d'un couteau à L'Haÿ-les-Roses. (capture écran vidéo Snapchat)

Un homme armé d’un couteau a attaqué une femme en pleine rue ce dimanche matin à L’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne). Il a été neutralisé par balle par la police.

L’alerte a été rapidement donnée vers 11 heures et les policiers du Kremlin-Bicêtre se sont retrouvés face à l’agresseur armé d’un couteau qui venait de s’en prendre violemment à une femme. La piste d’une tentative d’agression sexuelle ou d’un viol est étudiée par les policiers.

Sur plusieurs vidéos amateurs, il est possible de voir le suspect s’en prendre à la victime sur l’allée de la Plaine. Une fois sur place, les policiers ont d’abord tenté de neutraliser cet homme avec leur pistolet à impulsion électrique, en vain.

Deux tirs

L’agresseur refusant de lâcher son arme et continuant à se montrer menaçant, les forces de l’ordre ont ouvert le feu à deux reprises pour le neutraliser, comme le montre une autre vidéo amateur diffusée sur les réseaux sociaux.

Le mis en cause est alors parti en courant avant d’être rattrapé et interpellé dans un hall d’immeuble où il s’était réfugié, dans la rue de Picardie à Chevilly-Larue.


Touché au niveau du bassin, il a été pris en charge par les secours avant d’être conduit à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre alors que son pronostic vital était engagé selon une source policière. Âgé de 28 ans, ce dernier est déjà connu défavorablement des services de police selon nos informations.

La victime légèrement blessée

La victime a quant à elle été légèrement blessée. Elle présentait une plaie d’une dizaine de centimètres à la main et a été prise en charge par les secours. Cette dernière ne connaîtrait pas son agresseur mais les enquêteurs devront le confirmer.

Une enquête a été ouverte et confiée au Service départemental de police judiciaire du Val-de-Marne (SDPJ 94). En outre, l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie comme à chaque fois qu’un policier ouvre le feu, et devra déterminer si les fonctionnaires ont fait usage de leur arme dans un cadre réglementaire ce qui ne fait que peu de doute selon cette même source.