Val-d’Oise : Un policier mis en examen après avoir tiré sur un homme alors qu’il était hors service


Illustration. (photo Guillaume Bonnefont/Ip3 Press/Maxppp)

Un policier hors service a ouvert le feu sur un homme à Saint-Leu-la-Forêt (Val-d’Oise) dans la nuit de samedi à dimanche. Le fonctionnaire a été mis en examen.

Le récit du policier et celui de la victime sont différents. Le fonctionnaire promenait son chien vers 1 heure du matin à Saint-Leu-la-Forêt lorsqu’il a aperçu un homme dont il a jugé le comportement « suspect » a indiqué le parquet cité par Le Monde.

« Le fonctionnaire de police faisait immédiatement appel au 17 et mettait en joue la victime afin qu’elle recule. Malgré ses sommations et considérant son comportement menaçant alors qu’elle se dirigeait vers le fonctionnaire de police, celui-ci faisait alors feu à une reprise en direction des jambes de la victime », a détaillé le parquet. La victime grièvement blessée a été pris en charge par les secours et conduit à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière où elle a été opérée durant 7 heures. Le policier a quant à lui été placé en garde à vue.

De son côté, Jean-Marie S., évoque une tout autre version des faits. L’homme de 49 ans, ouvrier spécialisé dans l’aéronautique, avait beaucoup bu cette nuit-là. En face de son domicile se trouve un réverbère qui éclaire son appartement. Il a donc décidé de sortir le débrancher en coupant les fils. Le quadragénaire avait une pince coupante ainsi qu’une bombe lacrymogène.

Selon son récit livré par le quotidien, il était accroupi devant le poteau lorsqu’il a constaté que quelqu’un l’appelait. Il s’est relevé et a entendu une détonation, avant de s’effondrer. Il était gravement blessé à la jambe, sous le genou. Pensant être victime d’une agression, l’homme a expliqué qu’il avait tenté de retourner à son domicile. Le policier l’aurait rattrapé avant de faire appel aux secours.


Le policier placé sous contrôle judiciaire

Une information judiciaire a été ouverte du chef de violences avec usage ou menace d’une arme suivies d’une incapacité totale de travail supérieure à huit jours. Le fonctionnaire a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire avec des obligations de soins, l’interdiction de paraître à Saint-Leu-la-Forêt, de détenir ou de porter une arme et de contacter la victime.