Var : Une mère de famille se fait interdire l’accès au supermarché à cause de son décolleté


Illustration. (Shutterstock / Vershinin89)

Depuis que sa mésaventure a été rendue publique, le hashtag #JeKiffeMonDecollete se hisse en tête des tendances de Twitter en France. Une jeune femme de Six-Fours-les-Plages (Var) s’est vu refuser l’entrée d’un supermarché en raison de son décolleté, jugé trop provoquant par l’agent de sécurité.

C’est une histoire qui aura fait couler beaucoup d’encre. Celle de Marion, qui assume sa féminité et dénonce la scène humiliante qu’elle a enduré vendredi dernier à l’entrée d’un supermarché Casino de Six-Fours-les-Plages, près de Toulon, rapporte Var-Matin.

Il était 17 heures ce jour-là, lorsque la jeune femme s’est présentée devant le supermarché du coin, accompagnée de sa belle-mère. Elle avait l’intention d’acheter des couches et des lingettes pour sa fille. Contre toute attente, un agent de sécurité lui a barré le passage.

« Il m’a dit : ‘Ce ne sera pas possible dans cette tenue, vous êtes trop dénudée, vous ne rentrez pas comme ça dans le magasin. On aurait dit un videur de boîte de nuit ! » a témoigné la mère de famille auprès du quotidien régional. Pourtant, aucune justification ne pourrait expliquer une telle réaction, d’autant plus que son décolleté n’avait rien d’outrancier.

Marion a alors demandé à ce que la responsable du magasin intervienne. Mais elle ne s’attendait sûrement pas à la réaction de la gérante, qui a pris le parti de l’agent de sécurité. Cette dernière a demandé aux deux femmes de quitter les lieux.

« Elle a été odieuse. Ils m’ont fait passer pour une moins que rien, devant tout le monde ! J’avais beau me défendre, ils ne voulaient rien entendre ! » a dénoncé la jeune femme, elle aussi commerçante du quartier, qui assure avoir « pourtant l’habitude de gérer de drôles de situations ». Elle l’avoue : « Ils m’ont fait craquer. En rentrant, j’ai pleuré comme un bébé… J’avais jamais vécu un truc pareil », a-t-elle confié à Var-Matin.

Elle se rend au commissariat

Après avoir longuement ruminé, Marion a décidé de se rendre au commissariat de police pour déposer plainte, lundi. Finalement, un fonctionnaire a discuté avec elle et l’a convaincue qu’il serait « compliqué de prouver que cet incident relève d’une infraction pénale », d’autant qu’il était « peu probable que le parquet donne suite ». Le policier lui a toutefois assuré comprendre l’humiliation et le traumatisme subi. Ainsi, plutôt que d’initier une procédure judiciaire à l’issue incertaine, il lui a proposé de faire office de médiateur en prenant contact avec la responsable du supermarché Casino incriminé.

Cette dernière s’est alors « confondue en excuses » et a tenté d’expliquer sa prise de position. Elle a évoqué avoir passé des consignes à l’agent de sécurité pour qu’il interdise l’entrée de personnes trop légèrement vêtues ou en maillot de bain, en cette saison estivale. La gérante a confié qu’elle n’avait pas osé le désavouer devant la clientèle. Elle a finalement reconnu que la tenue de Marion était acceptable et que l’entrée du magasin n’aurait pas dû lui être refusée.

Le groupe Casino présente ses excuses

La gérante a également proposé un geste commercial à la jeune femme, qui ne l’a pas accepté. Cette affaire aurait pu en rester là, mais elle a pris une toute autre ampleur après sa publication en ligne, et avec le concours des réseaux sociaux. Outrés, nombre d’internautes ont signifié leur mécontentement à l’enseigne de grande distribution, et le hashtag #JeKitteMonDecollete s’est hissé en tête des tendances sur Twitter en France.

Le groupe Casino s’est fendu de plusieurs tweets dans lesquels il présente ses excuses, ainsi que celle de la société de protection privée qui emploie l’agent en cause.